Octobre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
      1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031     

Calendrier Calendrier


EXPERIENCE BENEVOLE DES AIGLES VERTS : RESTAURATION D’UN FLAK 38

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

EXPERIENCE BENEVOLE DES AIGLES VERTS : RESTAURATION D’UN FLAK 38

Message  Oliver STONE le Dim 16 Oct 2016 - 13:00

RESTAURATION du Flak 38 :



A peine sorti du garage d'Oliver, hop une bonne douche au Karcher pour commencer.
Ensuite entrée en jeux des éponges et des brosses pour décrasser le Flak et sa remorque.
Nécessité de passer une bonne partie du bébé au dégraissant, puis a nouveaux une bonne douche sous pression.

Début du démontage de toutes les pièces qui le peuvent... dans la limite de nos compétences !
Ici le marchepied qui bloque du fait de l’épaisseur des couches de peintures et d’anti-rouille.

Après le nettoyage, on passe en revue de détails du canon, de son berceau et tout ce qui est accessible ! Pas mal de dégâts apparaissent alors !  

Ici cassure importante au niveau de la poignée du berceau !



Ici le plancher de l’affut est totalement détruit par la rouille ! On passe presque au travers ! il faut le changer !


Ici nous constatons un gros trou dans le carter de la manivelle verticale et non seulement le carter est sec mais en plus remplis de sable ! Comme la survitesse ne fonctionne plus un démontage complet et une réparation du carter est nécessaire au risque de ne plus pouvoir bouger le canon !



Les charnières du bouclier ont été rivetés à l’envers, cela décale le bouclier vers la culasse et ne lui permet plus de prendre appuis sur l’affut ! cela le fragilise et ne permet pas de le bloquer lors des déplacements ! Les vibrations qui en résultent ont fendu les charnières entre les deux parties de ce bouclier (non visibles car au verso sur la photo)



Enfin la roue droite du berceau est entrain de se déplacer vers l’avant de ce dernier car elle n’est plus correctement fixée aux lames ! De plus un jeux transversal d’un bon centimètre a été constaté sur cette même roue certainement du à un soucis avec les roulements. Souhaitons qu’il ne s’agisse que d’un besoin de re-sérrage comme le pense son propriétaire, mais de toute façon il est impératif de réparer sous peine de perdre une roue !!!


Le réseau des Aigles verts fonctionne et avec l’aide d’Alex, on devrait en savoir plus d’ici à 3 semaines dès le retour d’un mécano-chaudronnier de chez Scania de ses congés.

Le defi est ambitieux car en moins de 6 mois les Aigles Verts devront réaliser les taches suivantes :

  • Ponçage du canon, avant mise en peinture en noir et avant réalisation des 3 bandes blanches de victoires, suppression des dessins de cochon et de vache rajouté à tort sur le bouclier.
    Décapage du rail support du palonnier de tir et remise en apprêt de ce dernier.
    Recherche d’une plaque de tôle pour remplacer le plancher
    Démontage des deux carters à bain d’huile (mécanismes de mouvement du canon) constat et réparation si possible des palonnier de survitesse, colmatage des fuites, remise en place et remplissage.
    Démontage du piston d’élévation du canon (celui ci a eu son bouchon cassé, il a perdu toute son huile et s’est rempli de sable et de terre ce qui a cassé le joint torique).
    Reparation du berceau.
    Reparation des boucliers.
    Reprises de soudures ...etc


Dans la famille « flak » début du travail sur le modèle 38 confié au Aigles Verts par son propriétaire.

les Aigles Verts sont mobilisé ! Notre chaudronnier, Djeff Sanders, est venu récupérer le bouclier du tireur, il va défaire les rivets, remettre les charnières en bon ordre, re-fabriquer des rivets à chaud, réajuster le tout ! il s’assurera également du démontage des plaque usée du plancher... charge à l’association propriétaire de financer et assurer la livraison d’une plaque similaire en 3mm d’épaisseur avec pointes diamant.

Sylvain notre électricien est venu prendre les mesures pour créer un système sonore puissant (presque 350W !) pour dynamiser les prochaines sorties du propriétaire en reproduisant « le son du canon » avec un déclenchement à la pédale de tir.

Enfin Alexandre, nous a concocter un rendez vous en urgence pour sécuriser la remorque qui risquait de perdre sa roue droite !!!
Rendez vous avec les responsables de l’atelier, les roulements ont été resserrés, et la roue remise en place !
de plus ils ont ressouder la béquille.
Un gros soucis de sécurisation est apparu et à été confirmer : les barres de suspension complètement gripées ne fonctionnent plus. Cela risque de casser les moyeux à terme,  ce qui vient d’être retardé par l’intervention de ce jour !

Cette fois c’est la disqueuse qui a travaillé ! reprise de la partie avant de la culasse qui portait de très nombreuses énormes trace de cordons de soudure.
Avant : 

APRES



Thomas de son coté a retrouvé une corde qui prendra place sur l’aile droite et une rallonge électrique qui ira sur l’aile gauche. Il a été aussi bon q’un marin ayant fait au moins 5 campagnes à la morue sur les banc du grand Nord !! Armé de son talent et d’un bon poinçon il a réalisé de très belles épissures sur la toute nouvelle corde de traction de l’attelage ! Ca en jette !



Il a également fini par retrouver un filet pour le récupérateur de douille ! la même maille, la même épaisseur de fil, la même forme trapézoïdale ! reste a faire le montage !


La partie basse de la culasse est déposée pour un bon dégraissage, traitement antirouille, fixation du tube de collecte des gaz puis réinstallation de la poignée d’armement .
Ensuite mise en peinture et vernis mat.



«  si tu ne peux aller à SCANIA, SCANIA viendra à toi »
avec l’aide de mon ami Alex, c’est la moitié de l’atelier de chez SCANIA qui est venu hier pour voir l’attelage et son soucis de lame d’amortisseur !
Hélas, après de très nombreux essais, force reste aux barres de torsion qui restent inéluctablement grippées !!
Le problème est d’importance car en roulant sur la moindre irrégularité de la route, la roue droite de l’attelage quitte le sol pour y retomber lourdement, ce qui a conduit au déplacement de l’axe de roue vers l’avant et risque a terme de casser ce dernier qui « remplace » le rôle des lames !

En conclusion nous allons conduire le canon chez un garage agricole qui travaille régulièrement sur ce système de barre d’amortissement. après un bon graissage sous pression et un démontage/remontage des lames nous devrions retrouver la souplesse nécessaire pour un usage courant du canon.
Un corvée devra être instaurée par son proprio systématiquement lors des sorties du canon : le graissage des 20 points !

Concernant la mise en place d’une sonorisation du canon : Sylvain électricien de son état et bricoleur de génie à ses heures, est passé à la maison.
Il viendra fixer un boitier d’interface au contact du système mécanique de tir, dans la partie basse interne de l’affut du canon. l’appuis sur la pédale conduit au déplacement horizontale d’un tige qui en se déplaçant viendra déclencher le switch on/off du boitier.
une prise jack sera disponible sur le boitier pour y relier une carte électronique programmable sur laquelle sera enregistré le son d’un tir.
L’action sur la pédale déclenchera trois type de tir :
appuis court : un coup
appuis de 2 seconde : tir de 7 coups
appuis long : tir d’un chargeur complet de 20 coups
La carte sera connecté à un ampli et ses enceintes qui diffusera le son sur la base de 350Watts DMS !
installation de l’ensemble et premiers essais très concluants, nous allons construire une caisse pour que l’association propriétaire du canon puisse s’en servir « en condition » lors de ses prochaines sorties.

Bon pour commencer la partie technique, démontage progressif du carter contenant le mécanisme de mouvement vertical du canon !




Ca résiste ferme ! des mottes de caramel commencent à tomber ! du sable suit ! encore du sable...!
finalement à force d’efforts conjugués des uns et des autres et de patience, le couvercle du carter céde !!






Stupeur ! tout l’intérieur est « colmaté » par de la graisse dure et du sable ! Les roulement sont scotchés et complètement grippés ! les engrenages n’arrivent presque plus à tourner et sa crisse à en avoir mal au dents dès que l’on essaye de faire tourner l’ensemble !
Passage au karcher, puis dégraissage, puis Karcher, puis dégraissage ....etc !
avec du temps et du produit dégraissant nous avançons bien et arrivons à presque tout enlever pour cette première « mise en condition ».



La corrosion a fait son oeuvre sur ce carter en zamac ou autre alliage ! il est percé d’une multitude de trous qu’il va falloir reboucher !

Ensuite nous décidons de profiter de notre lancée pour attaquer le carter d’huile du bas qui sert et au réglage horizontal et au graissage de l’anneau denté sur lequel tourne le canon !
La aussi grosses difficultés pour arriver à démonter le bras de transmission, puis pour ouvrir le carter lui même sachant que cela n’a pas du être fait depuis la fin de la guerre !!
Il n’y a presque pas de sable cette fois mais seulement les restes d’une horrible graisse très collante qui a durcie et participe allègrement à la solidarisassion de toutes ces pièces au point de pouvoir enlever de blocs de graisse durcie comme un vieux caramel !!!
la aussi nettoyage au Karcher mais nous n’avons plus de liquide de dégraissage ce qui nous pénalise un peu car la graisse est super collante !!!








Thomas en profite pour essayer de positionner le filet ramasse douille qu’il a réparé après avoir chercher le même filet qu’à l’époque ! Ca rends superbement bien, il faudra faire quelques ajustements pour une installation toujours plus aisée !

Dans l’immédiat nous n’avons enlever que le plus gros des résidus et cela va demandé d’aller plus loin dans le démontage (ce que nous ferrons jeudi après midi)
Ensuite il faut reboucher tous les trous d’oxydation des carters et seulement alors il y aura, en préalable au remontage, un graissage en règle aves des graisses performantes et un remplissage du carter par de l’huile de boite de vitesse.
mais il faut d’abord réussir à démonter les poignées et à les réparer (surmultiplieur) ! et là c’est pas gagner !!
Le démontage des flasques des poignées à quant à lui été très compliqué ! d’autant qu’on y va tout doux pour évité la casse !

Le démontage du disque allant sur le carter du haut nous à laisser perplexe ! Comment arriver encore a faire bouger le canon avec ce qu’il y avait à l’intérieur ???
En effet profitant d’un beau trou dans le disque, le sable utilisé pour le sablage d’il y a dix ans, a littéralement investit le disque se mélangeant à la graisse et à l’eau. Du coup les deux demi-disques sont attaqués par l’oxidation et en piteux état ! Encore deux ans comme ça et le disque tombait en morceaux !










Puis dernière main a la patte avant mise en peinture :  le flak a été emmené chez le carrossier et entièrement désossé.





Voici les photos du remontage et des dernières finitions. La couleur est exceptionnelle, elle a été scannée directement sur des pièces d’origines prêté par un collectionneur (matériel neuf)
















Voila, le Flak 38 est terminé, après 6 mois de travail par Les Aigles Verts qui ont mis leur savoir faire et leurs compétences à la disposition de ce beau canon et de son propriétaire.

Le Sd.Ah. 51 (le berceau roulant) allait perdre une roue :  le moyeux a été réparé, les lames ressort et leur barre de torsion ont été débloquée ce qui l'a sauvée d'une casse imminente.
la rallonge de la culasse était fissurée et risquée de casser : elle a été réparée et remise en forme comme il doit être a l'origine après des heures et des heures de disquage et de polissage.
L'ensemble des mécanismes d'élévation et de rotation ont été démontés, nettoyés et réparée, tout les roulement ont été dégripés et désensablés un a un jusqu'a ce qu'ils tournent dans le plus grand silence.
Création et installation du circuit électromécanique de commande au pied pour la sonorisation.
De nombreuses pièces ont été redressées ou refaites en chaudronnerie.
l’ensemble des parties métalliques ont été traitées a l'antirouille, puis le canon a retrouvé sa teinte d'origine bleu Luft (peinture bi composant mat professionnel).

Pour le propriétaire la totalité de la restauration aura couté moins de 1000€ de pièces, plaques de tôle, joints, roulements et peinture. Merci à lui d’avoir fait confiance au Aigle Verts pour ce sauvetage !
le Flak utilisé par l’association Les Lufteaux est sauvé et repart pour au moins 20 ans de service si il est régulièrement entretenu et graissé !

Beau boulot les Aigles Verts !


Les Aigles Verts ont encore bosser sur le FLAK38 afin qu’il soit prêt pour sa première sortie de l’année avec monsieur Didier LODIEU, notre ami historien pour la sortie de son nouveau livre, « FLAK à l’Ouest », le 29 avril 2016 au centre commercial LECLERC de St Etienne du ROUVRAY. (http://www.didier-lodieu.fr)


(quelques Aigles Verts entourant notre ami Didier LODIEU)

avatar

Oliver STONE

Messages : 467
Date d'inscription : 20/05/2016
Age : 53
Localisation : paris

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum