Octobre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
      1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031     

Calendrier Calendrier


Les mines...

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Les mines...

Message  Hick22 le Jeu 9 Juin 2016 - 21:48

RIEGELMINE 43 ou R-Mi. 43



La mine se compose de trois parties principales : un plateau en tôle qui contient une charge de TNT et un couvercle qui se fixe sur le plateau et agit comme un plateau de pression sur la charge. La mine est pourvue de trois alvéoles de piégeage, l’une au-dessus centrale pour recevoir le Ki.Z.43, les deux autres latérales pour divers allumeurs de piégeage.



Le plateau: Le plateau est en tôle d'acier soudée. Des fils de cisaillement sont enfilés dans des bandes de renforcement soudées à l'intérieur du plateau, en des points de cisaillement. Chaque extrémité du plateau est rabattue sur le dessus, et forme une plaque de pression rainurée; celle-ci sert à mettre en oeuvre l'allumeur ZZ 42 que l'on place à chaque extrémité de la charge.

L'un des côtés du plateau est fendu en deux endroits pour recevoir des allumeurs de piégeage, que l'on peut placer dans des logements ménagés dans l'un des côtés de la charge.

Une mince bande est peinte en rouge le long des côtés de la mime pour indiquer la position correcte du couvercle, quand la mine est armée.

La mine comporte deux marques à la peinture blanche au-dessus des trous des barres de sécurité sur le côté de la mine où doivent être placés les allumeurs de piégeage.


Le couvercle: Le couvercle est en tôle d'acier soudée. Il est muni d'une poignée  à une extrémité. Il est percé de trous qui correspondent, dans la charge, aux logements pour allumeurs de piégeage.

Il comprend également deux fentes pour les fils de cisaillement. Ces fils peuvent être rabattus au-dessus du couvercle lorsque celui-ci est en place. Le couvercle comporte aussi deux fentes dans lesquelles glissent les barres de sécurité; ces fentes sont marquées avec de la peinture blanche et cor­respondent, avec les marques analogues sur le plateau.


La mine R. 43 était la seule mine qui soit transportée armée, c'est-à-dire munie de ses allumeurs. On devez donc la manipuler avec beaucoup de soin, encore plus qu'avec des autres mines.
b) Les mines sont transportées, chacune dans une caisse en bois, avec les allumeurs principaux et les barres de sécurité en place.
c) Les orifices pour allumeurs supplémentaires, dans les couvercles, sont obturés par du papier. Les cordelettes fixées aux barres de sécurité sont enroulées autour de la mine.

CARACTERISTIQUES:

Longueur totale: 80 centimètres
Largeur totale : 9 cm 5
Hauteur (mine posée) : 9 centimètres
Poids total : 9 kg 300 environ
Couleur : kaki clair
Marques (en noir sur le couvercle) : R. Mi. 43
Construction : tôle soudée
Epaisseur de la boite: 1 m/m
Poids de la charge: 4 kg
Allumeurs principaux: ZZ 42
Pression de mise en oeuvre : en bout : 200 kg:; au centre : 400 kg.


1) La mine est indiquée comme ayant la même efficacité que les autres mines antichar; elle aurait de plus les avantages suivants
a) Elle couvre une zone plus étendue.
b) Pour une zone donnée, elle nécessite un poids d’explosif moindre. La pose de la mine est simplifiée.
2) Elle est destinée à être utilisée en terrain découvert, sur les routes et champ de mines.
3) Après la pose, on doit normalement recouvrir la mine et la camoufler. Elle ne doit pas être recouverte de plus de 2 à 3 centimètres de terre.
4) Utilisées dans un champ de mine, elles doivent être posées en deux rangées espacées de un mètre environ.

1) Plateau de pression et corps de la mine
2) Alvéoles de piégeages
3) Goupille de retenue du percuteur et fils de cisaillement
4) Percuteur
5) Allumeur ZZ.42
6) Charge explosive



Vue sur l'un des  2 allumeurs ZZ.42

Fonctionnement :

1°) Par une pression suffisante, sur le couvercle, pour rompre l’une des goupilles de cisaillement ou les deux, ce qui a pour effet de chasser la goupille de retenue du percuteur du ZZ 42.
2°) Avec l’allumeur basculant Ki.Z.43 en mode à bascule.
3°) Électriquement à distance.
4°) A l’aide d’un des allumeurs de piégeage prévu à cet effet.
5°) Anti-démineur en reversant l’un des allumeurs principaux type ZZ 42, il faut alors placer les ailes de la goupille en dessous de la plaque de pression extrême. La mine fonctionnera si l’on essai d’ôter le couvercle.

Neutralisation :

Au vu des possibilités de piégeage D.S.P.,
Si nécessaire de neutraliser la mine, la dégager correctement, éventuellement la dépiègée, la tourner soigneusement sur le coté qui ne possède pas d’alvéole de piégeage et réintroduire une tige métallique similaire aux goupilles de sécurité dans les deux logements prévus a cet effet. Puis en effectuer la destruction différée.$

Vue des dégâts sur char Churchill au Overloon War Museum


Char HS, train de roulement cassé, plusieurs galets inutilisables.
Équipage tué, perforation de la coque et mise en feu du véhicule.

_________________
Tout le succès d'une opération réside dans sa préparation.
En tuer un pour en terrifier un millier.
Si nous voulons que la gloire et les succès accompagnent nos armes , nous ne devons jamais perdre de vue : la doctrine , le temps , l’espace , le commandement , la discipline .

L'Art de la guerre de Sun Tzu

War does not determine who is right .......... only who is left
avatar

Hick22
rang 10 Stabsfeldwebel
rang 10 Stabsfeldwebel

Messages : 866
Date d'inscription : 26/05/2016
Age : 33
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les mines...

Message  Hick22 le Jeu 16 Juin 2016 - 17:20

"Alarme de Fil de détente allemande" Alarmschussgerät

Les services d'espionnage ont fait un rapport sur un dispositif d'alarme de fil de détente allemand (Alarmschussgerät). Ce rapport  a été à l'origine publié dans Tactical and Technical Trends, No. 45, April 1, 1944.

Les rapports récemment reçus de sources crédibles, décrivez une alarme de fil de détente allemande qui donne l'avertissement de mouvement de patrouilles ou des individus dans des zones où les allemands ont érigé des défenses filaires.

a. Général

Bien que des détails complets concernant l'équipement ne soient pas disponibles, il apparaît (voir le croquis d'accompagnement) que le dispositif consiste en boîte (1) avec un cou en haut dans lequel la cartouche d'alarme (2) s'insert. Par le fond passe une détente, avec une tête en T (3) qui peut être réarmé par pression sur le ressort.



Un ressort dans le levier d'angle droit (4), pivotant au sommet (5) est bifurqué sur la partie horizontale qui passe au-dessous de la boîte et tient l'épingle de la détente dans la position  garce aux cornes. Au centre de ce levier est attaché une attache (6) dont les mâchoires saisissent le fil barbelé. Ce fil peut être une reliure des défenses filaires existantes, un fil de piège, ou un des fils utilisés dans la construction d'un obstacle.

Il y a deux types de cartouche d'alarme (2), 83 mm (3 pouces 1/4) longue et 27 mm (1 pouce 1/16) de diamètre. Il s'agit de cartouches éclairantes.
Il pèse 50 gr (2 onces 1/2).
Le corps est peint noir.
Sa reconnaissance par le toucher est facile puisque son disque de cachetage (7) s'étend sur l'extérieur et le bord ( 8 ) de la base est la moitié de lisse et à demi dentelé.

b. Opération

Un piquet (9) est mit terre près du fil. Alors le dispositif d'alarme est bien lubrifié et glissé sur le piquet et y attaché par des attaches (10). En positionnant l'anneau de retenue (11) l'équipement est tenu à une telle hauteur que l'attache (6) engage le fil. Le fil est placé entre les mâchoires de l'attache et fermé dans une telle position qu'il n'est pas sous tension et ne déplace pas le levier. Cependant l’artifice doit se déclencher en cas de traction ou de pressions sur le fil.

L'alarme est testée en jouant sur la détente en T (3) jusqu'à ce que  la fourchette du levier (4) monte et descende complètement. Alors, si le fil est déplacé légèrement, l'épingle de percuteur devrait monter.

L'alarme est chargée en ramenant le ressort de retenue et le petit côté  de côté (12) et en glissant la cartouche d'alarme par le haut jusqu'au percuteur. L'artifice est alors armé en tirant le ressort vers le bas et en tirant le percuteur en T (3) jusqu'à ce que la fourche descende au plus bas (4), de la même manière que pour la tester. Mais maintenant le fil ne doit pas être toucher

c. Action

Quand la cartouche d'alarme est tirée, une fusée est éjectée. La fusée monte de 2à 2.50 mètres de haut et brule pendant 10 secondes, ce qui la nuit illumine une zone de 15 mètres de rayon.

_________________
Tout le succès d'une opération réside dans sa préparation.
En tuer un pour en terrifier un millier.
Si nous voulons que la gloire et les succès accompagnent nos armes , nous ne devons jamais perdre de vue : la doctrine , le temps , l’espace , le commandement , la discipline .

L'Art de la guerre de Sun Tzu

War does not determine who is right .......... only who is left
avatar

Hick22
rang 10 Stabsfeldwebel
rang 10 Stabsfeldwebel

Messages : 866
Date d'inscription : 26/05/2016
Age : 33
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les mines...

Message  Hick22 le Mar 28 Juin 2016 - 20:41

GLASMINE 43



C’est une mine antipersonnel conçue pour neutraliser le fantassin ennemi en infligeant de graves blessures aux membres postérieurs
Elle est semblable aux mines soviétiques PMD-6 mines ou à celle allemande Schue.Mi 42, Toutefois elle est plus dangereuse à cause de son enveloppe en verre qui se brise à l'explosion et projette des débris
Cette mine appartenant à la catégorie des Behelfsminen, a été développée à la fin 1943. et est apparu sur le front de l'Est en Avril 1944
Mais auparavant faisons un petit retour en arrière en 1942 lorsque la Wehrmacht commence à marquer l pas en URSS et peine a endiguer les assauts de fantassins de l’ Armée Rouge. Les soldats sur le front ont la désagréable impression que l'industrie allemande ne peut pas fournir un nombre suffisants de mines. Malgré les récupérations de mines sur le champ de bataille qu’elles soient allemandes comme les S.Mi.35, ou soviétiques il y a toujours une pénurie des matériels. Il faut donc trouver une solution ce qui poussent les allemands à copier les mines soviétiques PMD-6 avec la mise en service de la mines en bois Schue.Mi bois. 42 des mines anti personnel en béton analogue aux mines soviétique POMZ-2 et enfin les mines St.Mi. 43, et la Glas.Mi.43. Une version prévue pour être utilisée dans l’eau a été mise au point c’est la minen Glasmine 43 (W) (Glas.Mi.43 (W)), Elle diffère de la mine standard par la présence d’une plaque de base en pierre pour la lester Adoptée un peu plus tard que la mines Behelfs-Schuetzenmine A-200 elle était beaucoup plus simple dans sa conception, et plus facile d’utilisation de ( étanche et facilité de l’activer )



Caractéristique:

Cette mine se compose d'un pot de 12 cm de diamètre à la base,

15 cm au sommet,

10,5 cm  de haut.

Ce pot est en verre de 6 mm d'épaisseur.





Plaque de pression déposée

Le fond du pot est moulé creux pour recevoir une charge standard « Sprengkor­per 28». A environ 4,5 cm du bord ''supérieur l'on trouve un palier sur lequel reposent les bords d'un mince disque en métal. Ce disque maintient l'allumeur et la charge au moment de l'écrasement. Le pot est fermé par une lame de verre mince de 1,5 mm d'épaisseur mastiquée ou scellée au goudron. Sur cette lame de verre l'on pose un disque en verre épais formant à la fois plaque de pression et mitraille. Ce disque a 2 cm d'épaisseur et 11 cm de diamètre.



Plaque de pression et de rupture ôtées.



Vue sur la plaque de support.

Différents fournisseurs de pot en verre existent, ce qui entraîne des différences dans les fabrications visibles surtout au niveau du fond du pot et des rainures de maintien du pain d’explosif.



1 - Pot avec quatre rainures centrées.



2 - Pot avec un rectangle pour maintenir l’explosif, le N° 21 gravé dans le verre est pour la marque du fabricant.



3 - Pot à quatre rainures excentrées, pour maintenir le pain d’explosif et le N° 10 gravé dans le verre marque du fabricant.

Différents modèles de plaque de fractionnement.



1 - Plaque de 16mm d’épaisseur



2 - plaque de 19mm d’épaisseur avec des cercles concentriques et un renflement à 16mm garnie de croisillons.



3 - Plaque de 19mm en son centre et 16mm sur l’extérieur de couleur orangé foncé, chiffre 40 au centre pour la marque du fabriquant.

Différents modèles de plaques support allumeur



A gauche une plaque tôle d’épaisseur 0,5 mm et d’une hauteur de 3,5 mm, avec un creux en son centre de diamètre 23 et 0,5, pour recevoir l’allumeur.

A droite plaque en tôle étagée d’épaisseur 0,9 mm d’une hauteur de 8mm.

On rencontrera plus ce modèle monté avec l’allumeur Buck.



Détail de la plaque support allumeur étagée.
Cette mine est prévu recevoir plusieurs allumeurs possible. Toutefois le plus répandu et connu est l'allumeur à pression HEBELZUNDER 44. Un deuxième modèle d'allumeur de type HEBELZUNDER Mod 2 fut également employé pour cette mine. Les allumeurs à pression chimique BUCK A et B ont également été retrouvés l'amorçant.



HebelZunder 44                        



HebelZunder Mod 2 (allumeur de piégeage)



Buck

Cette mine étant en verre, il était donc fort probable de la retrouver équipé de l'allumeur chimique en verre à pression appelé To.Mi.Z. 42. Cependant celui-ci nécessitait non pas la plaque métallique de support, mais une plaque en verre, permettant sa mise en place dans le corps de la mine.





Glasmine 43 équipé de la plaque support en verre destinée à recevoir l'allumeur To.Mi.Z.42



To.Mi.Z. 42



Mis en oeuvre :

a) Placer la charge dans le fond de la mine..

b) Positionner la plaque de support (métallique: HebelZunder 44 et Mod 2, Buck A et B.) (en verre: To.Mi.Z.42).

c) Visser l'allumeur équipé de son détonateur sur la charge.

d) Placer la plaque de rupture, et mastiquer pour étanchéifier la mine.

e) Placer la plaque de pression délicatement sur la plaque de rupture.

La projection des morceaux du bol en verre peut atteindre plusieurs mètres.

Cette mine en verre est très dangereuse, déjà par sa composition presque ou pas détectable avec les moyens de l’époque.

Aussi par les additifs ajoutés dans le compartiment à coté du pain d’explosif Sprengkörper 28, pouvant être des cailloux des petits morceaux de fer ou autres qui lors de l’explosion générait des éclats supplémentaires.



CROQUIS



Croquis de la mine.

Fonctionnement :

Une pression de 8 kg sur le disque de pression brise la plaque de rupture et le disque vient presser sur la tête de l'allumeur faisant, ainsi fonctionner l'allumeur et sauter la mine.

La Mine peut être placée dans le sol ou dans la neige en creusant une fouille de 3-5cm. Compte tenu de la grande résistance du verre aux diverses conditions météorologiques naturelles, et de la bonne étanchéité du joint fait avec de la cire ou du goudron cette mine a une durée de vie presque illimitée Elle peut être neutralisée mais il faut faire attention aux Allumeurx types To.Mi.Z. et Glaszuender SF-14 qui sont au fil du temps très fragiles. De plus ces mines peuvent aussi être piégées ( Entlastungszunder SM-2 ).



Neutralisation :

Quand la mine est équipée de l'allumeur Hebel Zunder 44 :

1° Enlever le disque de pression et desceller la plaque de rupture.

2° Introduire une goupille de sûreté et dévisser l'allumeur.

Quand la mine est équipée de l'allumeur chimique

« Buck A & B »

1° Enlever le disque de pression et desceller la plaque de rupture.

2° Dévisser l'allumeur en le prenant, aussi près que possible de sa base.

S'assurer que l'on ne risque pas d'écraser la tête gaufrée ce qui ferait, sauter la mine.



« To.Mi.Z.42 »

1° Enlever le disque de pression et desceller la plaque de rupture.

2° Dévisser l'allumeur en le prenant, aussi près que possible de sa base.



Remarque:

Plusieurs modifications de détail ont été trouvées. Elles ne changent pas le fonctionnement ou la méthode de neutralisation de la mine.

Vue





CONDITIONNEMENT

WAFFEN ARSENAL N°164




A la fin de la Seconde Guerre mondiale, de très nombreuses Glasminen 43 sont encore enfouies sur les champs de bataille et de nos jours, beaucoup d’entre elles n’ont toujours pas été neutralisées. De nos jours, des déminages de Glasminen sont encore en cours dans le parc national de l’Eifel en Allemagne, au nord-est de la frontière belge.

A titre anecdotique Si production de la mines a cessé en 1945 la production du bocal en verre a continué en Basse-Saxe L’usine pour éviter la réquisition et la liquidation comme usine militaire, a commencé à décorer les bocaux restants qui ont ensuite été vendus comme saladiers, bols à soupe Dans le chaos de l'après-guerre et face à une pénurie de tout ce genre de vaisselle a rapidement trouvé acquéreur D’ailleurs en 1946-47 il a fallu reprendre la production avec de nouvelles versions (poignées sur les côtés).

_________________
Tout le succès d'une opération réside dans sa préparation.
En tuer un pour en terrifier un millier.
Si nous voulons que la gloire et les succès accompagnent nos armes , nous ne devons jamais perdre de vue : la doctrine , le temps , l’espace , le commandement , la discipline .

L'Art de la guerre de Sun Tzu

War does not determine who is right .......... only who is left
avatar

Hick22
rang 10 Stabsfeldwebel
rang 10 Stabsfeldwebel

Messages : 866
Date d'inscription : 26/05/2016
Age : 33
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les mines...

Message  Hick22 le Ven 29 Juil 2016 - 14:16



Même 70 ans après une munition reste mortelle... Souvent inactive, ou sans grand danger... penser toujours qu'elle peut être un piège !

_________________
Tout le succès d'une opération réside dans sa préparation.
En tuer un pour en terrifier un millier.
Si nous voulons que la gloire et les succès accompagnent nos armes , nous ne devons jamais perdre de vue : la doctrine , le temps , l’espace , le commandement , la discipline .

L'Art de la guerre de Sun Tzu

War does not determine who is right .......... only who is left
avatar

Hick22
rang 10 Stabsfeldwebel
rang 10 Stabsfeldwebel

Messages : 866
Date d'inscription : 26/05/2016
Age : 33
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les mines...

Message  Hick22 le Jeu 11 Aoû 2016 - 9:02



Voici un exemple de mine Teller piégée avec soit un allumeur de piégeage latéral ou inférieur ou une autre mine Teller

_________________
Tout le succès d'une opération réside dans sa préparation.
En tuer un pour en terrifier un millier.
Si nous voulons que la gloire et les succès accompagnent nos armes , nous ne devons jamais perdre de vue : la doctrine , le temps , l’espace , le commandement , la discipline .

L'Art de la guerre de Sun Tzu

War does not determine who is right .......... only who is left
avatar

Hick22
rang 10 Stabsfeldwebel
rang 10 Stabsfeldwebel

Messages : 866
Date d'inscription : 26/05/2016
Age : 33
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum