Juin 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
   1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  

Calendrier Calendrier


L'occupation

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

L'occupation

Message  La Jeanne le Mer 8 Juin 2016 - 22:30

L'occupation allemande de la France, parfois nommée simplement l'Occupation, commence avec l'armistice du 22 juin 1940 et s'achève avec la libération progressive du territoire à partir de septembre-octobre 1943 en Corse et de juin-août 1944 en France continentale.

Durant cette période, du point de vue territorial, il résulte de la convention d'armistice,que la France métropolitaine est divisée en deux parties par une ligne de démarcation, la zone occupée par les Forces armées du IIIe Reich au nord et la zone dite « libre » au sud.
La souveraineté française s'exerce sur l'ensemble du territoire, y compris la zone occupée et l'Empire qui demeurent sous l'autorité du gouvernement français dirigé par le maréchal Pétain, président du Conseil jusqu'au 10 juillet 1940, puis chef de l'État dans le cadre du régime de Vichy.


De fait, le pays se trouve inféodé à l'Allemagne nazie. Comme tous les pays occupés, la France fait l'objet d'un pillage économique, humain, financier et même territorial (annexion de facto de l'Alsace-Lorraine). Le régime de Vichy, qui s'oriente rapidement vers une politique de collaboration, soutient la politique de lutte contre la Résistance et mène de manière autonome la persécution des Juifs, puis contribue à leur déportation en Allemagne et en Pologne. Cette situation de soumission s'accentue lorsque, en novembre 1942, la zone Sud est occupée, à la suite du débarquement des Alliés en Afrique du Nord française (Maroc et Algérie).

La vie en France sous l'Occupation allemande se caractérise par la pénurie et par la répression

_________________
Moi c'est la Jeanne, si yen a un qui souhaite rentrer je le sonne!!!!
avatar

La Jeanne

Messages : 245
Date d'inscription : 27/05/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Chronologie de l'occupation à caen

Message  La Jeanne le Dim 15 Jan 2017 - 14:37

1940 :
Le maire de Caen est André Détolle


André Détolle est un ancien maire de Caen. Il effectue son mandat pendant 19,5 ans entre le 15 mai 1925 et le 14 septembre 1944. Sous l'Occupation, il est maintenu à son poste par le préfet Graux par décision de l'amiral Darlan du 4 mars 1941.

Un boulevard porte son nom à l'ouest de la ville par décision unanime du conseil municipal en date du 22 mars 1963.

André Détolle est né le 13 décembre 1876 à Paris et vit à Caen dès l'âge de 3 ans. De caractère réfléchi, pragmatique, modeste et d'une grande discrétion, il avait une éducation de diplomate. André Détolle aimait Caen et s'est fortement investi pour améliorer le quotidien des Caennais.
Son père Édouard avait racheté le négoce Morin-Gost à Caen au 8 rue du Cours de la Reine (devenu 8 rue Sadi-Carnot). Édouard sera conseiller municipal de la ville de Caen pendant presque vingt ans, adjoint de Georges Lebret, il décédera en activité à la suite d'une maladie inconnue en 1908.


Il est surnommé « le maire des cités-jardins » car il développe les quartiers d'habitations à bon marché de Caen. La première est celle de la Haie Vigné, à l'ouest de la ville, après une délibération municipale du 18 juin 1928. En 1929, est érigée celle du Clos-Joli boulevard Clemenceau, puis en 1930, la cité Guynemer.



Sous l'occupation il garde son poste de maire de Caen lorsque les allemands arrivent le 18 juin. Il déclarera à l'époque :

Tant de deuils et d'angoisses font actuellement l'horizon impénétrable, mais sur ces nuées semble émerger une cime d'espoir. M. le maréchal Pétain est véritablement, en ce jour tragique, l'homme du destin. Pour ce qui est de l'honneur, du patriotisme, de la compétence militaire, enfin de la lucidité, nul ne pourra mieux prétendre à la confiance de tous les Français et d'abord, n'est-il pas vrai, de ceux qui ont versé le 23 juin, les larmes les plus amères, nos anciens combattants de 1914. L'âme de ce grand vieillard est comme le roc où nous pouvons nous réfugier et sur lequel nous espérons s'édifiera la France de demain »
Déclaré Marechaliste il nuancera ses propos en 1941. Il fallait bien survivre.

Le 20 août 1940, il lance un appel à la population lui rappelant que « les actes de sabotage ou d'hostilité seront punis avec la dernière sévérité par les tribunaux allemands. ».Après la rupture de câbles téléphoniques rue de Falaise en novembre 1940, le maire est obligé d'instaurer un tour de garde pour les surveiller. C'est lui-même qui effectue le premier tour de garde le 2 décembre. Le 6 février 1941, il tente de dissuader de nouveau le sabotage de câbles rue des Jacobins et rue du 11 novembre. Le 2 mars, il instaure un nouveau service de garde.

Février 1944, il est convoqué ou arrêté au même titre qu'un grand nombre de personnalités ou de notables du Calvados. Son second fils Alain se souvient d'un matin où la Gestapo emmènera son père et qu'il ne revint qu'en fin d'après-midi, Alain n'en saura pas plus. Durant la bataille de Caen, son fils aîné Gilbert de 22 ans est actif au centre d'accueil des Petites Sœurs des Pauvres, André est évacué par les Allemands avant la libération de la rive gauche, le 13 juillet, il est aperçu au nord d'Argentan à Trun. « Mon père traverse quotidiennement l’Orne pour se rendre à l’abbaye aux Hommes où la Mairie et la Préfecture ont établi leurs bureaux. Le 7 juillet, une cérémonie patriotique réunit rive gauche quelques membres de l’ancienne municipalité et le Comité départemental de la Libération. André ne pouvait pas s’y rendre et ne se remettra jamais d’avoir raté l'unique cérémonie commémorant la libération de la ville. Sa maison située rue de l'Arquette était sur la ligne du front. Les SS en repli l'occupèrent et les expulsèrent, la rive gauche était coupée de la rive droite (ponts détruits), il dut suivre la voie de la retraite vers Moulins-la-Marche avec sa femme et sa cuisinière ». Le 19 juillet, son troisième adjoint — Joseph Poirier —est nommé maire par intérim par les Alliés.

_________________
Moi c'est la Jeanne, si yen a un qui souhaite rentrer je le sonne!!!!
avatar

La Jeanne

Messages : 245
Date d'inscription : 27/05/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Les journaux caennais

Message  La Jeanne le Dim 15 Jan 2017 - 15:05

A partir du 12 septembre 1939, les deux quotidiens locaux du soir: "Le Journal de Caen" et "Le moniteur du Calvados" forment une édition commune de guerre qui paraîtra jusqu'au 4 juin 1944 sous le titre de : "La Presse Quotidienne Caennaise" et à partir du 25 octobre 1940 "La Presse Caennaise". Le rédacteur en chef est Marcel Cretin-Vercel.

Avril 1940, Le Journal de Normandie, fondé à Rouen en 1785, installe à Caen une édition locale quotidienne qui sera diffusée jusqu'au débarquement, journal bien entendu favorable à la politique de collaboration, à partir de juillet 1941 un nouveau directeur R.-G. Nobécourt.




Journal de Normandie du 18 mai 1940



Journal de Normandie du 2 juin 1940


_________________
Moi c'est la Jeanne, si yen a un qui souhaite rentrer je le sonne!!!!
avatar

La Jeanne

Messages : 245
Date d'inscription : 27/05/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'occupation

Message  La Jeanne le Dim 15 Jan 2017 - 15:34

20 juin 1940, Installation de la 216e division allemande dans les magasins de manutention militaire (Rue de Valleuil à Mondeville :  l’Établissement central de matériels de mobilisation (ECMM) fermé en 2009).

           Les centraux téléphoniques sont investis par la Feldnachrichten-Kommandantur 25, créée le 18.04.1940 à Hanovre. Son commandant fut, du 18/04/1940 au 01/08/1941, le Hauptmann Heydeck, remplacé en Mai 1942 par le Major Blum. La compétence de la NaKdtr F. 25 s’étendait de Caen aux îles Anglo-normandes, elle dépend du Commandant militaire allemand en France occupée (le Militärbefehlshaber in Frankreich, MBF).

           Création à Caen-Carpiquet du Flughafen-Bereichs-Kommando 8/VII de la Luftwaffe qui installe son Etat Major au 168 rue Caponière dans l'Ecole Normale d'Instituteurs (actuellement rectorat de Caen). Il dépend du Luftgau-Kommando Westfrankreich à Étampes.


Les 150 agents de la Défense passive (DP) sont versés dans la police auxiliaire de la ville sous les ordres d'un adjoint au maire Julien Lenoir .

les Allemands rue des Jacobins devant le porche de la Sainte Famille, institution tenue par des religieuses, pour jeunes filles seules et nécessitantes, repas du midi et du soir avec un dortoir. Appelé par les Caennais "l'Oasis".

23 juin 1940, Installation de l'Orstkommandantur 630 au 9 rue Georges Lebret (1er étage) avec le Hauptmann Schweikart.

Tampon Orstkommandantur von Caen

La Kreisskommandantur 884 au 9 rue Jean Eudes dans les locaux de l'hôtel de Ville avec le Hauptmann Jamin.

           Le préfet du Calvados  est convoqué au château de Balleroy par le Generalleutnant Hermann Böttcher  commandant des troupes d'occupation pour l'arrondissement de Caen.

juin 1940, La Feldkommandantur 723 (FK 723) s'installe à l'hôtel Malherbe, place Foch

_________________
Moi c'est la Jeanne, si yen a un qui souhaite rentrer je le sonne!!!!
avatar

La Jeanne

Messages : 245
Date d'inscription : 27/05/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'occupation

Message  La Jeanne le Dim 15 Jan 2017 - 15:53

Le 24 juin 1940, il est décidé par les troupes allemandes que Caen se mettra à l'heure allemande. On avancera donc la petite aiguille d'une heure. Ce décalage a toujours cours actuellement.
Les journaux sont soumis à la censure .


Réquisition du lycée de jeunes filles de la rue pasteur pour y installer un hôpital militaire.


Réquisition également de l'école primaire de jeunes filles rue saint Louis.

_________________
Moi c'est la Jeanne, si yen a un qui souhaite rentrer je le sonne!!!!
avatar

La Jeanne

Messages : 245
Date d'inscription : 27/05/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'occupation

Message  La Jeanne le Dim 15 Jan 2017 - 16:09

12 juillet 1940, reprise des relations ferroviaires caen Cherbourg un aller retour par jour .

14 juillet 1940, le journal ouest éclair publié un bon de 100 francs, monnaie départementale pour le calvados.


17 juillet1940,  La National-Sozialistische-Volkshilfe (N.S.V.) ouvre une cuisine populaire gratuite au 16 rue de Bernières, pour les réfugiés de passage qui ne doivent pas avoir recours à l'hébergement complet qui aura lieu comme par le passé au quartier Lorge.

19 juillet 1940, Réouverture des salles de cinéma (sauf pour le Trianon qui attendra jusqu'au 15 septembre, le Majestic est réservé à l'occupant.

Soldat devant le majestic boulevard des alliés.

_________________
Moi c'est la Jeanne, si yen a un qui souhaite rentrer je le sonne!!!!
avatar

La Jeanne

Messages : 245
Date d'inscription : 27/05/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'occupation

Message  La Jeanne le Dim 15 Jan 2017 - 16:18

1 août 1940, ouverture de deux nouveaux fourneaux économiques (soupe populaire) desservant les quartiers de Vaucelles et de la Demi-Lune. Le premier est installé rue du Général-Decaen, près de l'école (son ouverture sera annulée quelques jours plus tard);  l'autre au 191, rue d'Auge. Une septième installation fonctionnera à partir du 4 août, au 45, rue des Carmes.

2 août 1940, Le maire informe le public, que, par ordre de la Kommandantur, il est interdit de distribuer des tracts jetés par l'ennemi. Les tracts qui pourraient être ainsi trouvés doivent être remis immédiatement a l’Ortskommandantur, rue Georges-Lebret, N°9, (1er étage). Toute contravention à cet ordre sera sanctionnée et les intéressés seront passibles d'une peine de prison et d'une amende pouvant aller jusqu’à 30.000 marks (= 600 000F de l'époque = environ 190 000€ actuel !).

4 août 1940, Communiqué d'Ouest-Eclair : La Ortskommandantur de Caen nous prie de rappeler à nos concitoyens que les lettres qui lui sont adressées DOIVENT être libellées en LANGUE ALLEMANDE. Toutes les communications qui lui seraient faites en français seront considérées comme non avenues et il n'en sera tenu aucun compte.

4 août 1940, Communiqué d'Ouest-Eclair : Défense passive, la Ortskommandantur communique : Ces derniers temps, les dispositions de camouflages n'ont pas été appliquées assez attentivement. Par ordre de la Ortskommandantur, toutes les mesures pour assurer la sécurité de tous les édifices militaires et civils seront rigoureusement observées. Toute contravention sera sévèrement punie. Chaque propriétaire,  locataire ou gérant répond de la stricte observation de ces ordres dans sa maison. Chaque nuit, on peut compter avec des alertes et des bombardements. Préparez des seaux avec de l'eau et du sable. Gardez le sang-froid (sic !). Que tout le monde soit à sa place !

4 août 1940, La Société « Les Courriers Normands » informe qu'après accord intervenu entre les autorités civiles du département et la Feldkommandantur, les services publics automobiles de voyageurs et de messageries vont reprendre progressivement.

6 août 1940, La Gestapo perquisitionne la Loge Maçonnique Thémis dans un hôtel du XVIème siècle rue Neuve Saint Jean ainsi que les domiciles des trois principaux dignitaires de la loge.

août 1940, Epidémie de typhoïde, 30 morts. La Kommandantur ordonne le départ de tous les réfugiés non domiciliés à Caen, sauf les malades et ceux qui ont trouvé une embauche, avant le lundi 12 à midi.

10 août 1940, Outré par les sifflets qui ont accueilli, dans le cinéma Majestic, une parade des troupes du Reich présentée aux actualités, le lieutenant-colonel Elster, chef de la Kommandantur 723, ordonne un couvre-feu de 20h à 5h du matin et interdit la programmation de films.

_________________
Moi c'est la Jeanne, si yen a un qui souhaite rentrer je le sonne!!!!
avatar

La Jeanne

Messages : 245
Date d'inscription : 27/05/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'occupation

Message  La Jeanne le Dim 15 Jan 2017 - 16:21

12 août 1940 Par ordre de la Feldkommandantur, les personnes réfugiées à Caen, allocataires ou non, et qui n'ont pas dans cette ville leur résidence habituelle, devront avoir quitté Caen avant aujourd'hui 12 août, à 12 heures.

13 août1940 Importante réunion à la Feldkommandantur 723 organisée par le docteur Kriele chargé des questions économiques (Oberkriegverwaltungsrat).

16 août 1940 Le conseil municipal de Caen vote la création d'une boucherie municipale pour réguler les prix de la viande (ce sera un échec, fermeture un mois après), et un programme de travaux pour lutter contre le chômage et donner du travail à 400 ouvriers : creusement de tranchées place Gambetta, réfection de chaussées et trottoirs et... désherbage de la Prairie.

Allemands au château de Caen.

_________________
Moi c'est la Jeanne, si yen a un qui souhaite rentrer je le sonne!!!!
avatar

La Jeanne

Messages : 245
Date d'inscription : 27/05/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'occupation

Message  La Jeanne le Dim 15 Jan 2017 - 16:40

10 septembre 1940 le 36e RI , cantonné dans la caserne Lefebvre dans l'enceinte du château, quitte Caen.

11 septembre 1940 Démonétisation et annulation définitive des bons de la Chambre de Commerce de Caen. Les bons qui, par ordre de la Feldkommandantur, ont cessé d'avoir cours forcé et ne peuvent plus être acceptés comme monnaie d'échange depuis le 11 septembre, seront définitivement « démonétisés » et annulés le 1er octobre (arrêté de M. le Préfet du Calvados du 7 septembre 1940).

11 septembre 1940 l'escadrille  III./KG.54 Küstenfliegergruppe (groupe de bombardement) sur Ju 88 se pose à Carpiquet.

21 septembre 1940, Rétablissement de la ligne SNCF Caen-Paris par Lisieux interrompue depuis le 17 juin.

   La Compagnie des Tramways Electriques de Caen annonce une modeste reprise des lignes de bus urbains: elle n'a plus que 4 véhicules et manque de carburant.

   Les accidents avec des véhicules militaires sont de plus en plus fréquents  et souvent graves. Soumise à la censure, la presse ne mentionne pas la nationalité des véhicules, mais personne ne peut s'y tromper : les seuls véhicules militaires qui circulent sont allemands.

   Un rapport vétérinaire signale un cas de rage canine : la divagation des chiens et chats est interdite.


15 octobre 1940 communique dans Ouest-Eclair: IMMATRICULATION DES ISRAELITES
Il est rappelé que toutes les personnes de religion ou de race juive sont tenues de se présenter, avant le 20 octobre, à la préfecture (2é division), pour l'arrondissement de Caen. Falaise, et aux sous-préfectures de Bayeux, Lisieux et Vire pour les autres  arrondissements  afin d'y souscrire la déclaration prévue par l'ordonnance du 27 septembre 1940 du chef de l'administration militaire en France. En conséquence de cette déclaration, toute entreprise commerciale ou industrielle juive devra être désignée comme telle par une affiche spéciale de 20 sur 40 centimètres, rédigée en langues allemande et française, imprimée en lettres noires sur papier jaune et comportant l'inscription suivante: « Jüdisches Geschäft, Entreprise juive ». Ces affiches sont à la disposition des intéressés à la préfecture et aux sous-préfectures.


_________________
Moi c'est la Jeanne, si yen a un qui souhaite rentrer je le sonne!!!!
avatar

La Jeanne

Messages : 245
Date d'inscription : 27/05/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'occupation

Message  La Jeanne le Dim 15 Jan 2017 - 16:45


Publication Ouest éclair du 23 octobre 1940

novembre 1940, La ville de Caen acquière  8 000 stères de bois dont les trois quarts pour les boulangeries et les commerces.


14 novembre 1940, A 21H, violente tempête sur Caen

_________________
Moi c'est la Jeanne, si yen a un qui souhaite rentrer je le sonne!!!!
avatar

La Jeanne

Messages : 245
Date d'inscription : 27/05/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'occupation

Message  La Jeanne le Dim 15 Jan 2017 - 16:57

28 novembre 1940, Coupure de câbles téléphoniques route de Falaise. La Kommandantur interdit la circulation de 19h à 8h du 2 au 10 décembre, mais le maire obtient une "rallonge" de deux heures. Tous les hommes de 18 à 60 ans sont réquisitionnés pour garder le câble sur 2 km. Le maire, ses 5 adjoints, des conseillers municipaux, l'ancien député et ministre Camille Blaisot prennent la première garde.


décembre 1940, La ville essaye de constituer des stocks de bois soit en s'en procurant 4 135 stères dans la forêt de Balleroy et 4 500 autres provenant des coupes des Domaines soit en décidant l'abattage des arbres du Cours Caffarelli pour 2 500 stères.
Des "queues" de 300 à 400 personnes embouteillent les trottoirs devant les permanences de quartier qui distribuent les cartes de ravitaillement. Par décision municipale, ceux qui ne se présentent pas au jour fixé passeront leur tour jusqu'à la prochaine distribution.
Déclaration obligatoire des stocks privés de pommes de terre au dessus de 25 kg.


31 décembre 1940, Ouverture à Caen d'un nouveau cinéma «le Normandie» rue Saint Pierre.

_________________
Moi c'est la Jeanne, si yen a un qui souhaite rentrer je le sonne!!!!
avatar

La Jeanne

Messages : 245
Date d'inscription : 27/05/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Année 1941

Message  La Jeanne le Dim 15 Jan 2017 - 19:50

Janvier 1941, la police Caennaise regrette que des soldats allemands vivent en concubinage avec des prostituées et dénonce certaines maisons de la ville qui « sont de véritables officines de débauche échappant à tout contrôle, car occupées exclusivement par des militaires allemands.

5 janvier 1941


la prairie gelée

18 janvier 1941

article du Ouest éclair

21 janvier 1941

article du Ouest éclair

29 janvier 1941, La préfecture demande de bons interprètes allemands pour traductions. Se présenter à la préfecture, au chef de cabinet. Une situation intéressante serait offerte à des candidats justifiant d'une capacité sérieuse.

31 janvier 1941, La police municipale recherche un interprète dactylographe. Les candidats à cet emploi sont priés de se présenter d'urgence au Commissariat central de police, rue Auber.
Les Courriers Normands décident le passage au gazogène, une usine à charbon de bois est installée dans une annexe de la gare Saint Martin.




1 février 1941 Sur la proposition du Comité Départemental de Surveillance des Prix, lors de sa réunion tenue le samedi 25 janvier courant, le Préfet du Calvados a décidé de fermer, Jusqu'à intervention de la décision judiciaire, pour hausse illicite sur les prix de vente en gros, demi-gros et détail de vins de champagne, l’entrepôt sis rue de la Fontaine à Caen et appartenant à M. René C., demeurant 13 rue Hamon, à Caen. Pour une durée de un mois, le commerce de Mme A., née Julia N., épicière, 31 passage Bellivet à Caen pour vente de beurre et viande de porc au-dessus de la taxe préfectorale. Le commerce de Mme Emilienne B., 18 rue du Vaugueux à Caen, pour hausse illicite sur les prix de vente au détail des pommes de terre.

_________________
Moi c'est la Jeanne, si yen a un qui souhaite rentrer je le sonne!!!!
avatar

La Jeanne

Messages : 245
Date d'inscription : 27/05/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'occupation

Message  La Jeanne le Dim 15 Jan 2017 - 20:01

6 février 1941, réquisition de personne pour gardiennage


Occupation de la caserne hamelin par les allemands


L'Orstkommandantur annule les laissez-passer permettant de circuler la nuit, pour empêcher les fraudes, les nouveaux "Ausweis" porteront le numéro d'immatriculation du véhicule autorisé.

fin février 1941 : Sabotage d'un câble de l'armée allemande sur le boulevard Bertrand à hauteur des Etablissements Binet. Mise en place d'un service de garde pour la surveillance des câbles de jour et de nuit à partir du 2 mars à 18H.

13 mars 1941, Par application de l'article 50 de la loi du 21 octobre 1940, modifiant complètement et codifiant la législation des prix. Le Préfet du Calvados a prononcé, la fermeture pour une durée de dix jours, du commerce de Mme K., coiffeuse, rue de Bernières, pour défaut d'étiquetage des prix.

14 mars 1941 A partir d'aujourd'hui, les bureaux de la Feldgendarmérie de la Kreiskommandantur 884 se trouvent 22 rue Jean Eudes, en face les bureaux, de l'Hôtel de Ville,

14 mars 1941, Le tribunal Correctionnel de Caen juge 8 jeunes communistes qui avaient transporté des tracts et des papillons contre le gouvernement de Vichy.

_________________
Moi c'est la Jeanne, si yen a un qui souhaite rentrer je le sonne!!!!
avatar

La Jeanne

Messages : 245
Date d'inscription : 27/05/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'occupation

Message  La Jeanne le Dim 15 Jan 2017 - 20:17

26 mars 1941 :  Charles trenet au théâtre municipal
Le même jour mise en garde du maire pour les inscriptions sur les murs

2 avril 1941 L'entrée de l'hôpital civil est transféré de l'avenue Georges Clemenceau à la rue de la Masse, cet hôpital était réquisitionné en tant que Kriegslazarett depuis juin 1940, excepté un service de contagieux au Pavillon N°6 d'une quarantaine de lits, l'Ecole d'Infirmière et la Communauté des Sœurs Augustines.

3 avril 1941
à 12H00: mise en place d'un tour de garde de 16 postes sur la route de Falaise suite à la coupure d'un câble dans la nui du 30 au 31 mars  .

4 avril 1941 : L'affaire Degrelle devant le tribunal de la Feldkommandantur de Caen, le compte rendu du procès selon Ouest-Eclair :
Léon Degrelle, chef du Parti fasciste belge Rex est arrêté sur ordre des autorités de son pays le 10 mai 1940, le jour-même de la grande attaque allemande à l'Ouest. En raison de l'invasion rapide de la Belgique, il est remis à la Gendarmerie française cinq jours plus tard. Degrelle est alors intégré dans un convoi, comprenant principalement des personnes suspectées d'être des espions appartenant à la Cinquième colonne, qui est évacué de prison en prison vers le sud devant la poussée de la Wehrmacht. Libéré après la défaite de la France, Degrelle porte plainte auprès des Allemands pour les corrections qui lui ont été infligées par certains gardiens à Lisieux et Caen.



Louis Philippe est condamné à deux ans de prison, déporté le 22 juillet 1941 à la forteresse de Mannheim, il y décède un an plus tard. Pierre Laignel est condamné à deux ans et demi de détention. Il est déporté en Allemagne le 23 juin 1941 et interné dans les prisons de Sarrebruck et Francfort. Libéré le 22 août 1943, il regagne la France.

_________________
Moi c'est la Jeanne, si yen a un qui souhaite rentrer je le sonne!!!!
avatar

La Jeanne

Messages : 245
Date d'inscription : 27/05/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'occupation

Message  La Jeanne le Dim 15 Jan 2017 - 20:23

29 avril 1941, Deux anciens élèves de la Section d’Aviation Populaire de Caen, le caennais Jean Hébert , 21 ans et le flérien, caennais d’adoption, Denys Boudard , 19 ans s’introduisent sur la base aérienne allemande de Caen-Carpiquet et s’emparent d’un avion de liaison et d’entraînement allemand Bücker Jungmann 131 pour rejoindre la France Libre en Grande-Bretagne. Après une heure et demie de vol, le Bücker arrive au-dessus des côtes anglaises. Obligé de faire un peu de saute-mouton au-dessus des collines, l’avion se pose sur l’aérodrome de Christchurch, sous le regard médusé des Anglais surpris de voir atterrir chez eux un appareil portant les croix gammées.
Les pilotes enverront même un télégramme ironique aux Allemands : « ne vous inquiétez pas, l’appareil et les deux pilotes vont bien. Continuez à nous envoyer des appareils neufs. On va gagner la guerre plus rapidement ».


11 mai 1941, Attention aux bombes non explosées ! La Direction Urbaine de la Défense Passive communique :
A la suite, des derniers bombardements aériens, il a été constaté que parmi les bombes et engins lancés récemment, certains n'ont pas explosé.
La population est, en conséquence, instamment priée :
a) de signaler immédiatement au Commissariat Centrai de police la présence des dits engins ;
b) de ne pas approcher ou toucher ces bombes ou engins, sous aucun prétexte. Il y a danger de mort à commettre cette imprudence.


Manifestation au marché Saint Pierre. La surprise a été grande parmi la foule des acheteurs, de voir les baladeuses des marchands de légumes, toutes alignées devant l'abside de Saint-Pierre et les Halles, comme à l'accoutumée, mais absolument vides. Les marchands de légumes faisaient grève pour protester contre les agissements de quelques grossistes. M. Legrix  et le préfet enquêtent sur ces pratiques.

12 mai 1941, départ du premier train de travailleurs volontaires pour l'Allemagne.

_________________
Moi c'est la Jeanne, si yen a un qui souhaite rentrer je le sonne!!!!
avatar

La Jeanne

Messages : 245
Date d'inscription : 27/05/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'occupation

Message  La Jeanne le Dim 15 Jan 2017 - 20:26

15 mai 1941, L'inhumation de deux aviateurs anglais (Sgt. Dermot Erza Read ELLWOOD, pilote et Flight Sgt. Gerald Thomas HARDWICK, navigateur) tués dans le crash de leur avion à Marcelet près de Carpiquet le 13 mai, provoque une véritable émeute. La chapelle de l'hôpital, fermée aux Français, est pleine de fleurs envoyées par des Caennais. Très nombreux sont les habitants qui se sont rassemblés, beaucoup tenant à la main un bouquet de fleurs. Défense est faite de suivre le convoi mais la plupart des assistants se dirigent vers le cimetière où doivent être enterrés les aviateurs. Surgissent alors six policiers allemands qui d'autorité font évacuer les Caennais. Les jardiniers du cimetière eux-mêmes doivent sortir. Une femme qui ne s'exécute pas assez vite reçoit un coup de poing asséné par un officier allemand. Cependant, la foule poussée sans ménagement hors du cimetière se réfugie sur les voies adjacentes ; pourchassée jusque dans les immeubles, elle essaie encore de se maintenir sur les lieux. Une vingtaine d'arrestations sont effectuées. Comble de brutalité un policier monte en auto et fonce sur les groupes de jeunes gens massés sur les trottoirs. En dépit de ces violences, les fleurs seront portées dans l'après-midi sur les tombes, en présence d'une foule silencieuse et recueillie. Ils reposent aujourd'hui au cimetière de Bayeux.


Le Bristol Beaufort MkI, immatriculé MW-F (serial n° W6494) du 217 Squadron, abattu par la flak de l'aérodrome de Carpiquet après s’être perdu au retour de sa mission de reconnaissance au dessus de St Nazaire.

29 mai 1941, Dans la nuit du 28 au 29, un commando dirigé par l'agent britannique John Hopper, commet un sabotage spectaculaire dans un garage de la rue Robillard, cantonnement allemand de la 323.ID. Après avoir neutralisé et ligoté les hommes de garde, le groupe déroba les roues d'une partie des véhicules, cisailla les pneus des autres, rendit inutilisables les batteries et versa de l'acide dans les réservoirs, tout en emportant la plupart des pompes et 200 litres d'essence dans une camionnette. Cet exploit valut à la ville de Caen d'être frappée, en représailles, d'une amende d'un million de francs. Les roues des motos furent retrouvées au début du mois d'août 1941, lors d'une perquisition de la police, dans un garage (un simple hangar) loué par Hopper, rue du Gaillon, où il entreposait ses prises.

1 juillet 1941, La ville de Caen est condamnée à une amende d'un million de francs pour sabotages répétés.




L'amende sera répartie entre chaque habitant sur la contribution mobilière (basée sur le loyer d’habitation).

_________________
Moi c'est la Jeanne, si yen a un qui souhaite rentrer je le sonne!!!!
avatar

La Jeanne

Messages : 245
Date d'inscription : 27/05/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'occupation

Message  Oliver STONE le Dim 15 Jan 2017 - 20:36

Passionnant ce "Journal de Caen sous l'occupation" bravo La Jeanne
avatar

Oliver STONE

Messages : 464
Date d'inscription : 20/05/2016
Age : 53
Localisation : paris

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'occupation

Message  La Jeanne le Dim 15 Jan 2017 - 21:04

Merci Mr Pom

_________________
Moi c'est la Jeanne, si yen a un qui souhaite rentrer je le sonne!!!!
avatar

La Jeanne

Messages : 245
Date d'inscription : 27/05/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'occupation

Message  La Jeanne le Dim 15 Jan 2017 - 21:16

8 juillet 1941, bombardement de Carpiquet afin de détourner l'attention pendant le parachutage aux environs de Rots (village près de Caen) de deux agent de la France Libre : Jean-Louis Cartigny et Henri Labit, dans le cadre de la mission "Torture" (renseignement SOE-BCRA sur l'aérodrome de Carpiquet). A leur atterrissage, ils sont trahis par René Dadure, électricien à Carpiquet et collaborateur notoir. Henri Labit parvient à s'échapper mais Jean-Louis Cartigny tombe aux mains des Allemands.

25 juillet 1941, Dans la nuit, vers 1 h 15, premier bombardement de Caen, la Royal Air Force lance 15 bombes incendiaires sur le quartier de la gare à Caen. 2 tués, un couple de commerçants, M. et Mme Guilhaire, débitants de tabac rue de la Gare .



1 août 1941, Institution de la carte de tabac et forte augmentation, le paquet de gris (tabac a pipe) passe de 4.50 francs à 6 francs (+33%)


2 août 1941, Louis Berrier, ouvrier agricole à Ernes est fusillé au 43e RA  


3 août 1941, Inauguration du nouveau marché de gros; transfert du marché de gros des légumes, primeurs et fruits du boulevard des Alliés vers le quai de la Londe dans les vastes halls de l'ancien chantier Allainguillaume, vaste terrain de 6.000 mètres carrés dont 1.800 couverts.

3-4 septembre 1941 Une enquête de la Gendarmerie aboutit à 7 arrestations pour marché noir.
Arrestation d'un trafiquant en gare SNCF, l'enquête révèle qu'en un mois et demi, il a expédié plus de trois tonnes de beurre dans des malles étiquetées "linge et pièces mécaniques".

_________________
Moi c'est la Jeanne, si yen a un qui souhaite rentrer je le sonne!!!!
avatar

La Jeanne

Messages : 245
Date d'inscription : 27/05/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'occupation

Message  La Jeanne le Dim 15 Jan 2017 - 21:26

27 septembre 1941, Reprise des courses de trot sur la Prairie : autrefois blanches, les tribunes ont été repeintes en vert pour un meilleur camouflage.

1 octobre 1941, Par ordre de la Feldkommandantur, la circulation sera interdite aux civils résidant dans le département du Calvados, entre 22 heures et 6 heures, à partir du 1er octobre 1941. L'heure de fermeture des restaurants, cafés, etc.... est fixée une demi-heure avant le couvre-feu : 21H30.

15 octobre 1941, Commerçants poursuivis pour infractions à la législation sur les prix : M. Marcel, 18 rue des Jacobins; M. C., marchand de bestiaux, route d’Ifs, M. D., transporteur 31, rue d'Harcourt; M. V. Marcel, entrepreneur, 59, rue de Falaise.
Des policiers allemands investissent les locaux des Renseignements généraux et exigent du commissaire qu'il leur remette son fichier des communistes. Après avoir refusé, ce dernier fini par s'exécuter.

20 octobre 1941, Restrictions de déplacement dues à la situation géographique du Calvados dont toute la partie Nord, bordée par la Manche, constitue l'un des maillons du Mur de l'Atlantique. En conséquence, est déclaré « zone côtière interdite» tout le territoire limité au Sud par une ligne qui commence, à l'ouest du département, sur la Vire, à hauteur de Saint-Fromond, se poursuit jusqu'à Vaucelles, au nord de Bayeux, longe la RN 15 jusqu'à l'Ouest de Saint-Germain-la-Blanche-Herbe contourne Caen par le Nord, inclut les communes de Cuverville et d'Hérouville, passe au Nord de Troarn et rejoint la sortie Ouest de Pont-l'Évêque qu'elle évite par le Nord pour se terminer à l'ouest de Beuzeville.



laisser-passer pour la zone cotière interdite

_________________
Moi c'est la Jeanne, si yen a un qui souhaite rentrer je le sonne!!!!
avatar

La Jeanne

Messages : 245
Date d'inscription : 27/05/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'occupation

Message  La Jeanne le Dim 15 Jan 2017 - 21:29

11 novembre 1941, Manifestation devant le Monument aux Morts de Caen.
Parmi les manifestants les frères Colin, Marcel et Lucien,  et le professeur Desbiot. Arrestations de 11 étudiants caennais ayant participé à la manifestation du 11 novembre

novembre 1941: Série d'arrestations qui frappent le réseau de Résistance « Hector ». Jacques Dugardin, André Michel et Gaston Renard, jugés en mai 1942 par la cour martiale de Caen, seront condamnés et exécutés. Les autres seront déportés.

8 décembre 1941 La Gestapo fait irruption dans le café Guérin, une pension de famille rue de Vaucelles et y tend une souricière dans laquelle vont tomber en quelques jours la plupart des responsables de la Résistance communiste du département.

10 décembre 1941 Maurice Hébert, ouvrier aux chantiers navals de Blainville et Albert Catherine, ouvrier à la SMN à Mondeville, tous deux militants communistes sont fusillés à la caserne du 43e RA.

15 décembre 1941: Exécution à Caen de 13 personnes dont le journaliste de "l’Humanité", Lucien Sempaix.

_________________
Moi c'est la Jeanne, si yen a un qui souhaite rentrer je le sonne!!!!
avatar

La Jeanne

Messages : 245
Date d'inscription : 27/05/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'occupation

Message  karl hans le Mar 17 Jan 2017 - 0:21

Véritablement fascinant,boulot titanesque j'ai hâte de lire la suite!!!
avatar

karl hans
rang 6 Unteroffizier beamte
rang 6 Unteroffizier beamte

Messages : 97
Date d'inscription : 22/05/2016
Age : 28
Localisation : Lyons la Forêt

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Année 1942

Message  La Jeanne le Mer 18 Jan 2017 - 18:12

30 janvier 1942, Un groupe de sabotage particulièrement actif fonctionne sous la direction d'un ingénieur électromécanicien, Georges Gallet, des ateliers électromécaniques Lavalette-Bosch. Le groupe électrogène servant au balisage du terrain de Carpiquet est saboté ce qui occasionne l'arrêt pendant près de deux mois des vols de nuit.
Georges Gallet a écrit:Le groupe électrogène de Carpiquet servant au balisage du terrain pour les vols de nuit a été détérioré par moi-même et M. Maho. Ce groupe de 120 cv a été entièrement grillé par court-circuitage en atelier, puis remonté, puis redémonté devant un officier allemand pour lui faire constater les dégâts. J'ai pu faire accepter par l'ingénieur allemand qu'il s'agissait d'une mauvaise surveillance et non d'un sabotage (car je crois que j'avais été un peu loin pour la sécurité de mon groupe). Pour ce fait, l'adjudant et quatre soldats de surveillance au groupe électrogène ont été envoyés en Russie par punition. Le résultat fut que pendant près de deux mois, le terrain d'aviation de Carpiquet a dû interrompre ses vols de nuit par manque de balisage. Je ne puis d'ailleurs rapporter ici tous les ennuis que ce groupe électrogène m'a créés.

5 février 1942, La police caennaise est étatisée. Cette police aura pour rayon d'action toute l'agglomération caennaise, avec les communes de : Venoix, Saint-Germain-la‑Blanche-Herbe, Hérouville, Mondeville, Colombelles, Giberville, Fleury-sur-Orne, Cormelles et Ifs.
Les 6 "Fourneaux économiques" de Caen ont servi 70 000 repas en janvier 1942 contre 24 000 en janvier 1941 et 6 500 à leur création en juillet 1940.

14 février 1942: Gérard Fuzellier, condamné à Nancy, et un commerçant de Deauville, Levy dit Sasportas, arrêté pour la détention d'un poste de T.S.F., sont fusillés à Caen à la caserne du 43e Régiment d'Artillerie

7 mars 1942
: AVIS TRES IMPORTANT AUX ISRAELITES. Tous les Israélites de Caen (hommes, femmes et enfants âgés d'au moins 15 ans) sont invités à se présenter, sans faute, au Commissariat Central (Service des Etrangers), avant le samedi soir 7 mars, 18 heures, pour une communication à leur faire contre signature. Ceux qui ne se présenteront pas seront répréhensibles.

_________________
Moi c'est la Jeanne, si yen a un qui souhaite rentrer je le sonne!!!!
avatar

La Jeanne

Messages : 245
Date d'inscription : 27/05/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'occupation

Message  La Jeanne le Mer 18 Jan 2017 - 18:14

9 mars 1942 : Un bombardement de la R.A.F. atteint le quartier de Vaucelles. Trois blessés et l'église Saint-Michel est touchée.


11 avril 1942: A l'église Saint-Jean, un service religieux célébré avec la discrétion nécessaire à la mémoire de Lucien Frémont, maire de Lasson, fusillé le 31 mars, attire une foule nombreuse et recueillie. M. Frémont avait hébergé, deux agents de la France libre parachutés au dessus de Rots (cf 8 Juillet 1941)

_________________
Moi c'est la Jeanne, si yen a un qui souhaite rentrer je le sonne!!!!
avatar

La Jeanne

Messages : 245
Date d'inscription : 27/05/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'occupation

Message  La Jeanne le Mer 18 Jan 2017 - 18:46

18 avril 1942  deux détenus de la prison de Caen sont fusillés par les Allemands, à titre de représailles, dans une cour de la caserne du 43e régiment d'artillerie. Maurice Levasseur, 22 ans, et Marcel Kerelo, 27 ans, avaient été condamnés quelques mois auparavant par la Section spéciale de la Cour d'Appel de Rouen à six ans de travaux forcés pour " activités communistes ".





24 avril 1942 Communiqué dans Ouest-Eclair: La Feldkommandantur communique : A PARTIR D'AUJOURD'HUI, JEUDI 23 AVRIL, L'HEURE DU COUVRE-FEU POUR LE DEPARTEMENT DU CALVADOS, EST FIXÉE DE 22 HEURES A 6 HEURES. LES AUTRES SANCTIONS RESTENT EN VIGUEUR.

29 avril 1942 Ouverture devant le tribunal de la Feldkommandantur, du procès de treize membres du réseau Hector, trois résistants caennais sont condamnés à mort (ils seront fusillés le 9 mai au 43eRA), les dix autres à de lourdes peines de travaux forcés.

_________________
Moi c'est la Jeanne, si yen a un qui souhaite rentrer je le sonne!!!!
avatar

La Jeanne

Messages : 245
Date d'inscription : 27/05/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum