Août 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031   

Calendrier Calendrier


1 - La Wehrmacht (l'Armée Allemande) à Omaha Beach (Vierville-sur-Mer) en 1944

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

1 - La Wehrmacht (l'Armée Allemande) à Omaha Beach (Vierville-sur-Mer) en 1944

Message  Hick22 le Dim 19 Juin 2016 - 21:34

Après la visite du Maréchal Rommel sur les plages de Vierville sur mer-Colleville sur mer le 29 janvier 1944, la VIIème Armée allemande avait renforcé en mars 1944 les garnisons de la côte entre la Vire et l'Orne, jusque là gardées par la seule 716ème DI, de faible valeur (sans moyens de transport, troupes âgées ou trop jeunes, soldats souvent non Allemands, comprenant des bataillons de troupes Russes). Elle avait aussi donné une impulsion décisive à la mise en défense de la côte.

La 352° Division venant de Saint-Lô s'était alors déplacée et s'est chargée du secteur depuis Isigny sur Mer jusqu'à Arromanches, la 716°Division se chargeant de la côte plus à l'est. Les unités du 726° Régiment déjà en place dans les points forts du secteur de la 352°Div y sont restées et ont été rattachées à la 352°Div.

Cela signifiait que les points fortifiés étaient mieux pourvus en hommes, que 2 compagnies de réserve proches étaient disponibles (à Formigny et Surrain) tout près à l'arrière d'Omaha Beach pour soutenir les défenses principales. Néanmoins il n'y avait pas de compagnie affectée à la seule défense du village de Vierville sur Mer proprement dit. Par contre, les villages de St-Laurent sur mer et Colleville sur mer étaient chacun occupés par une compagnie en plus de celles chargées des WN côtiers.


Disposition d'ensemble des forces Allemandes


Position des unités allemandes autour de Vierville et d'Omaha Beach

La 352° division (général Marks, PC au Molay-Littry)
était une division  d'assez bonne qualité, avec des éléments mobiles, et un noyau de vétérans expérimentés au combat sur le front russe, et les Alliés pensait qu'elle assurerait  l'essentiel de l'opposition allemande.
Elle comptait 3 régiments, chacun à 2 bataillons seulement:
Le Régiment 914 (PC à Neuilly-la-Forêt),
Le Régiment 915 (Colonel Meyer, PC au Sud de Bayeux), force de réserve, "mobile", c'est à dire à bicyclette ou sur des camions français réquisitionnés.
Le Régiment 916 ( Colonel Goth, PC à Trévières).

La présence sur la côte de cette division a été une surprise le 6 juin, les Alliés la croyant toujours à St-Lô. Son mouvement datait du mois de mai et avait  été décelé tardivement.


Le manoir de Than, PC de la Compagnie 11/726, qui défendait Vierville

Omaha Beach était plus spécialement concerné par le 2ème bataillon du Régiment 916, dont le PC était à Formigny, avec 2 compagnies (5ème et 8ème) à St-Laurent et Colleville et 2 compagnies (6ème et 7ème) en réserve à Formigny (Le Buissonnet) et Surrain.

La 716ème était une division de défense, tout à fait statique, à deux régiments de trois bataillons chacun, avec un peu d'artillerie et quelques autres petites unités, le tout dispersé entre la Vire et l'Orne. Les éléments non-Allemands (des "Volksdeutsch") de cette division étaient nombreux, la plupart d'Europe Orientale (territoires annexés de Pologne, Tchécoslovaquie etc..) et leur moral n'était pas très élevé. De fait, lorsque des Américains furent au contact rapproché avec ces troupes, elles se rendaient parfois facilement.

Omaha Beach était concerné par les 1er Bataillon (I/726, PC à Maisons) et 3ème Bataillon (III/726, PC à Jucoville) de son 726° Régiment d'Infanterie.


Le château de Gruchy, PC la compagnie 9/726, qui défendait la Percée et Englesqueville

Le 3ème bataillon était responsable des défenses côtières de Grandcamp jusqu'à St-Laurent, avec la compagnie 9/726 à Englesqueville et La Percée, la compagnie 11/726 à Vierville, la cie 10/726 était à St-Laurent et la cie 12/726 à Grancamp et la Pointe du Hoc).


Le Major Pluskat et le capitaine Ferking, à Houtteville

Le 1er bataillon était placé entre Colleville et Port-en-Bessin, avec notamment les compagnies 1/726 à Port en Bessin, 2/726 à Ste Honorine, et 3/726 à Colleville (WN63).

Les troupes défendant les 4 points forts de Vierville (WN ou "point fortifiés" N° 70 à 73) se montaient normalement à environ 180 hommes. Mais ils avaient été renforcés le 4 juin par le détachement de quelques dizaines de grenadiers du Régiment 914 de la 352ème qui était installé au Sud de Grandcamp.


Réunion d'officiers Allemands d'artillerie, Houtteville

Ces effectifs n'étaient absolument pas suffisant pour garnir complètement les très nombreuses positions construites par les Allemands sur la côte depuis 1942 (WN 60 à 74). De nombreux abris et fortins étaient toujours cours de construction.

De plus ces WN ne formaient pas des lignes continues, mais se limitaient à défendre directement les approches des sorties de plage et quelques points plus stratégiques. Entre ces points forts, des espaces non fortifiés de plusieurs centaines de mètres (jusqu'à 1km) s'étendaient, espaces dans lesquels les Allemands avaient entrepris de raser toutes les constructions pour dégager des champs de tir latéraux.


Les plans de feu Allemands


Dans les WN, quelques pièces d'artillerie très diverses étaient installées, notamment 2 canons antichars de 88mm, 2 antichars de 75mm, une dizaine d'antichars de 50mm, quelques tourelles de chars et des canons de campagne de 75mm de récupération, français ou tchéques, de nombreux mortiers de 50 à 81mm. Ces pièces disparates étaient servies par les hommes de compagnies d'infanterie locales (352ème et 716ème DI).



De plus 40 lance-fusées Nebelwerfer se trouvaient à plusieurs centaines de mètres à l'intérieur (WN 69) à Saint-Laurent, lieu-dit "le Montmain"), chacun pouvant tirer sur la plage quatre fusées de 320 mm. Ces Nebelwehrfer étaient tout récemment installés et d'autres étaient encore en cours d'installation à Colleville au WN62.

Quelques champs de mines étaient placés autour des WN. Ils étaient loin d'être complets et souvent se limitaient à des pancartes "Achtung Minen! " (Attention aux Mines)


Un croquis Allemand du printemps 44

Ces défenses côtières limitées étaient appuyées par d'importantes formations d'artillerie placées en arrière d'Omaha Beach.

Le régiment d'artillerie de la 352° division Allemande (Colonel Ocker, PC à Tourteville au NE de Littry), avait 2 de ses bataillons installés pour tirer sur Omaha Beach:

        - Le 1er Abteilung (bataillon) du major Pluskat (PC au château d'Etreham), comprenant 12 obusiers de 105mm, type LeFH18, en 3 batteries  de 4 obusiers, placées à
       Houtteville  (batterie 1/352)
       Montigny cote 29 (batterie 2/352)
       Etreham cote 63 entre Formigny et St-Laurent (batterie 3/352)

        - Le 4ème Abteilung (PC au château des Agneaux, comprenant 12 obusiers de 150mm, type SFH18, en 3 batteries de 4 obusiers placées à Longueville, Deux-Jumeaux et l'Est de La Cambe.


Les plans de tir d'une batterie d'artillerie de campagne

Ces 6 batteries  dispersées dans la campagne représentaient une force de frappe considérable. Elles étaient parfaitement camouflées dans les haies et sont restées non décelées. Elles étaient reliées par des lignes téléphoniques enterrées aux postes d'observation d'artillerie des WN de la côte. Elles se sont repliées dans la nuit du 6 au 7 juin.
Elles ont causé de gros dégâts sur la plage surtout dans la matinée du 6 juin, où elles disposaient encore des liaisons téléphoniques avec leurs observateurs (au WN73 pour Vierville), guidant les tirs sur les navires les plus gros qui abordaient la plage.  Il semble que l'observatoire qui se trouvait au Ruquet n'avait plus de liaisons téléphoniques (cable sectionné à la ferme du Prieuré à St-Laurent dans la nuit du 5 au 6 juin par une unité spéciale US remarquée par des habitants).
Progressivement elles ont dû ralentir leurs tirs, faute de réserves de munitions suffisantes, et ne tiraient plus que sporadiquement en fin de journée sur les descentes et notamment celle de Vierville, mais en aveugle, les observateurs ayant été neutralisés dans leurs postes en milieu de matinée.
D'après certaines indications, des réserves de munitions avaient, quelques jours auparavant, été dispersées par précaution vers l'intérieur, et n'ont pu être acheminées à temps dans la journée du 6 juin. Plusieurs camions de munitions ont été détruits par les chasseurs-bombardiers alliés.


carte des objectifs de la batterie de Formigny

Par ailleurs, de l'artillerie lourde côtière était disposée à Longues et à la Pointe du Hoc.
La batterie de Longues (4 x 150mm de marine sous casemate) a été contre battue par la marine (Arkansas, Montcalm et Georges Leygues) et a été réduite au silence rapidement.

La batterie de la pointe du Hoc (6 canons longs Schneider de 155mm dont 2 sous casemate, batterie N°1 du 1260ème Abteilung d'artillerie côtière -PC à Ryes) avait été abondamment bombardée avant le jour J, les 3 canons en état de marche avaient été repliés et camouflés dans des haies au Sud de la position, ils étaient orientés sur Utah Beach, mais ils n'ont jamais fait feu le 6 juin. C'est là qu'ils ont été détruits vers 8h du matin par les Rangers US débarqués à 7h. D'après certains témoignages Allemands, les servants de cette batterie était hors d'état de combattre après une soirée trop arrosée le 5 juin.


Obusier de 105 du modèle équipant l'artillerie de campagne de la 352ème division

Les 2 batteries de Maisy (du 1716ème régiment d'artillerie de la 716ème division, soit la 8ème batterie au WN 84 avec 4 obusiers tchéques de 100mm et la 9ème batterie au WN83 avec 4 obusiers français de 155mm) étaient hors de portée d'Omaha Beach. Elles avaient été fortement bombardées dans la nuit du 5 au 6 juin et leurs pièces restant en état de marche ont pu être utilisées contre Utah Beach.


Un exemple de camouflage de canons d'artillerie de campagne allemands. Ils sont installés dans une haie. On distingue seulement le sentier utilisé par les servants, le long de la haie et les traces du piétinement en arrière d'un canon.

Enfin il faut ajouter à cet inventaire les batteries motorisées (1/Sturm Flak Korps) de la défense antiaérienne, soit 36 canons de 88 mm, et de canons de 20mm et 37mm dispersés au Nord et au sud de la route Isigny-Bayeux (Mosles, Longueville et Colombières), capables d'atteindre les villages de la côte, mais non pourvues d'observatoires sur les falaises.

En arrière d'Omaha Beach, les Allemands n'avaient pas préparé de positions importantes à l'intérieur pour une défense en profondeur. La défense au-delà de la plage dépendait largement de l'emploi des réserves locales en contre-attaque.

Ces réserves de la 352èmeDivision étaient composées du détachement antichar, du bataillon de pionniers (le Génie) et surtout du Kampfgruppe Meyer:

Le  détachement antichar de la 352ème, le PanzerJäger  Abteilung 352 (PC à Vouilly), avec:
      - 1 compagnie de 14 ou 15 canons d'assaut chenillés Marder (II) de 75 mm à la ferme Buhours de Bricqueville..
      - 1 compagnie de 10 chasseurs de chars Stud GIIIG armés de canons de 75 mm au château de Colombières
      - 1 compagnie de 9 canons de 37 mm Flak sur des chassis de camions Opel, à Pont l'Abbé.

Un petit (500h) bataillon de Pionniers (Génie) (le 352 Pionere Abt.) était à St-Martin de Blagny. Il est intervenu dans la nuit du 6 au 7 juin en contre-attaque, de Louvières vers Vierville.


un canon d'assault allemand "Marder" de 75mm, détruit du côté de Trévières

La division disposait au SE de Bayeux d'un groupement mobile, dit "Kampfgruppe Meyer", (du nom de son chef le Colonel Meyer) composé des 2 bataillons du Régiment 915 (PC à St Paul du Vernay, le bataillon 1/915 ayant son PC à Juaye-Mondaye, le II/915 ayant son PC à Lantheuil) et du bataillon de Fusillers (PC à La Butte ?) relativement mobile (un bataillon sur des camions français réquisitionnés, l'autre bataillon étant sur bicyclette),
Le Groupement Meyer a été dirigé d'abord en fin de nuit vers les faux parachutistes au sud de Carentan, puis dans la matinée, avec les blindés du 352 Panzer Abteilung, il a été partagé entre Omaha Beach et Arromanches où la percée anglaise menaçait beaucoup plus. Ces marches et contre-marches, ralenties par l'activité des avions alliés, l'ont empêché d'intervenir tôt le 6 juin à Omaha Beach.

Plus loin, trois petits bataillons de la 30ème Brigade Mobile, dont le Q.G. était à Coutances, pouvaient être utilisés pour une contre-attaque. Ces bataillons de trois compagnies chacun, étaient pourvus de moyens de transport permettant un déplacement assez rapide (quelques véhicules et des bicyclettes).

Les autres réserves mobiles de l'ennemi, y compris la 21ème division blindée, étaient situées dans la région de Caen-Lisieux. Les unités américaines étaient averties d'une contre-attaque blindée possible sur ce flanc à la fin du jour J. Cette contre-attaque a été limitée aux secteurs Est (Britanniques) de la tête de pont.

Les trois divisions allemandes du Cotentin étaient supposées être entièrement occupées par l'attaque des parachutistes et le débarquement à Utah Beach.

L'aviation et la marine allemandes
On pensait que l'aviation allemande ferait un effort exceptionnel contre les convois alliés et les débarquements. En dépit de ses très lourdes pertes aériennes pendant l'hiver, on croyait la Luftwaffe capable de faire 1.500 sorties le jour J, principalement avec des chasseurs et des chasseurs-bombardiers. En fait, l'activité aérienne allemande a été très limitée sur Vierville, avec seulement un passage sur la plage, en rase-motte, de 2 chasseurs dans la matinée. Dans les semaines qui ont suivi, la Luftwaffe s'est bornée à des attaques nocturnes d'avions qui jetaient des mines en mer (plusieurs navires ont ainsi été détruits) ou des bombes volantes radioguidées (inefficaces car les Alliés connaissaient ces armes et savaient brouiller leurs commandes dès que des avions intrus étaient signalés).

La Kriegsmarine, au vu de l'écrasante force navale alliée, avait peu de chances de succès contre les convois d'assaut. Les seules possibilités se limitaient à quelques raids de harcèlement par les E-boats (vedettes rapides) sur les flancs des convois et à des attaques sous-marines par les U-boats des bases de l'Ouest de la France. La position médiane de la plage d'Omaha l'a protégée de toute activité de ce genre.

Une position de radars de la Luftwaffe et de la Kriegsmarine (position "IMME") était installée à Englesqueville, sur la falaise, à l'emplacement d'un ancien sémaphore de la Marine Française, avec 2 radars WURSBURG, 1 radar SEEKAT et 1 radar FREYA. Ces équipements étaient hors d'usage le 6 juin 1944 a la suite des bombardements des jours


Dernière édition par Hick22 le Mer 4 Jan 2017 - 11:55, édité 2 fois

_________________
Tout le succès d'une opération réside dans sa préparation.
En tuer un pour en terrifier un millier.
Si nous voulons que la gloire et les succès accompagnent nos armes , nous ne devons jamais perdre de vue : la doctrine , le temps , l’espace , le commandement , la discipline .

L'Art de la guerre de Sun Tzu

War does not determine who is right .......... only who is left
avatar

Hick22
rang 10 Stabsfeldwebel
rang 10 Stabsfeldwebel

Messages : 838
Date d'inscription : 26/05/2016
Age : 33
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

ORGANIGRAMME DES UNITES ALLEMANDES

Message  Hick22 le Dim 19 Juin 2016 - 21:49

352ème Division d'Infanterie


Kommandeur : Generalleutnant Kraiss au Molay-Littry

Regiment d'infanterie 914 : Kommandeur : Oberstleutnant Heyna à Neuilly-la-Forêt
I./914 : Kdr :? à Osmanville
II./914 : Kdr :? à Catz

Regiment d'infanterie 915 : Kdr : Oberstleutnant Karl Meyer à St-Paul-du-Vernay (grpt Meyer, réserve du 4ème Corps d'Armée)
I./915 : Kdr : ? à Juaye-Mondaye (sur camions civils)
II./915 : Kdr :? à Lantheuil (sur camions civils)

Regiment de'infanterie 916 : Kdr : Oberst Ernst Goth à Trévières
1er bataillon /916 : Kdr : ? à Ryes
2ème bataillon/916 : Kdr : Hauptmann Grimme à Formigny
5. Cie : St-Laurent-sur-Mer - Oberleutnant Hahn - Obs au WN62
6. Cie : Le Buissonet
7. Cie : Surrain
8. Cie : Colleville-sur-Mer

Regiment d'Artillerie 352 : Kdr : Oberst Ocker à Tourteville
I./352 : Kdr : Major Pluskat au Château d'Etreham
1ère batterie/352 : 4x 10,5cm leFH 18/40 - à Houtteville ; Oberleutnant Frerking au WN62
2ème batterie/352 : 4x 10,5cm leFH 18/40 - à Montigny, cote 61 et cote 29-Obs au WN73?
3ème batterie/352 : 4x 10,5cm leFH 18/40 - à la cote 63 ; Hauptmann Wilkening - Obs au WN59SteHonorine
II./352 : Kdr : ? à St-Clément (Sud de Grandcamp)
4./352 : 4x 10,5cm leFH 18/40
5./352 : 4x 10,5cm leFH 18/40
6./352 : 4x 10,5cm leFH 18/40
III./352 : Kdr ? à La Noé (région Bayeux Arromanches)
7./352 : 4x 10,5cm leFH 18/40
8./352 : 4x 10,5cm leFH 18/40 - Sommervieu
9./352 : 4x 10,5cm leFH 18/40 - Beauvals
IV./352 : Kdr ? au château d'Agneaux (plutôt que celui d'Asnières indiqué parfois)
10./352 : 4x 15cm sFH 18 Longueville
11./352 : 4x 15cm sFH 18 Longueville?
12./352 : 4x 15cm sFH 18 Longueville?

Escadron blindé de chasseurs de chars352 : Kommandeur :Hauptmann Lochner à Mestry
1. Cie : Mestry Bricqueville ? 14 canons d'assaut Marder III armé de 75mmPAK
2. Cie : Mestry Colombières ? 10 chasseurs de chars Stud GIIIG armé de 75mmPAK
3. Cie : Littry Pont l'Abbé ? 9 canons Flak 37mm sur chassis Opel LKW

Bataillon du génie (Pioneer) 352 : Kdr : Hauptmann Paul Fritz
Gefechtsstand : St-Martin-de-Blagny

Füsilier-Bataillon 352 : Kdr : Rittmeister Gerth à La Butte (près Caumont l'Eventé)

Escadron de reconnaissance352 : Kdr : Hauptmann Kurt Ehrhardt (à bicyclette) Sud Bayeux (grpt Meyer, réserve du 4ème Corps d'Armée)

Bataillon de remplacement 352 : Kdr : Major Teudesmann à Caumont l'Eventé


716. Infanterie Division

Kommandeur : Generalleutnant Richter à La Folie-Couvrechef (près de Caen)

Regiment d'infanterie 726 : Kdrr : Oberst Korfes au Château de Sully
I./726 : Kdr :? à Maisons (Château Wn54)
1ère Cie: Port-en-Bessin
2. Cie : Ste-Honorine-des-Pertes
3. Cie : Colleville-sur-Mer (WN63, centre); Leutnant Bauch (ou Ottomeyer??)

II./726 : Arromanches ?

III./726 : Kdr :? au Château de Jucoville
9. Cie : Louvières (château de Gruchy)
10. Cie : St-Laurent-sur-Mer (WN67, près de la gare)
11. Cie : Vierville-sur-Mer (manoir de Than)
12. Cie : Grandcamp

IV./726 : Ost Bataillon 439 (Ukr.) Kdr : Hauptmann Hans Becker
Gefechtsstand : Les Veys - Isigny

Regiment d'infanterie 736 : Kdrr : Oberst Krug à Collevile-sur-Orne (Wn17 Höhe)

Regiment d'Artillerie 1716 : Kdr : Oberstleutnant Knüppe à La Folie/Beuville
Brigade Mobile 30 : Kdrr : Oberstleutnant von Aufsess à Coutances
Escadron 513 : Kdr : à Coutances
Escadron 517 : Kdr : Oberleutnant Ballerstedt à : Bréhal
Escadron 518 : Kdr ; à Cérences


Artillerie côtière de l'Armée et de la Marine

Artillerie-Kommandeur 474 : Kdr : ? au Parc de la Mare
Artilleriede côte Armée bataillon 1260 : Kdr : Major Friedrichs à Arromanches
2ème batterie /1260 : 6x 15,5cm K418 (f) à la Pointe-du-Hoc Oberleutnant Frido Ebeling
4ème batterie cf batterie marine Longues, ci-après

Artillerie de côte Marine bataillon 260 : Kdr : Kapitänleutnant Weise à Cherbourg
M.K.B. Longues : 4x 15cm Tbts.KC/36 ; Oberleutnant Weil


Unités de FLAK, de la Luftwaffe


Sturm Flak regt(ADA-Btl), du III FLAK Korps (Kdr General Pickert) (dépendant de la Luftwaffe, sans observatoire d'artillerie sur la côte.
Flak sturm Regiments 1-4 avec 3 Bataillons chacuns à 3 batteries de 4x88mm et 4x20mm ou 4x37mm répartis au sud de la RN13

_________________
Tout le succès d'une opération réside dans sa préparation.
En tuer un pour en terrifier un millier.
Si nous voulons que la gloire et les succès accompagnent nos armes , nous ne devons jamais perdre de vue : la doctrine , le temps , l’espace , le commandement , la discipline .

L'Art de la guerre de Sun Tzu

War does not determine who is right .......... only who is left
avatar

Hick22
rang 10 Stabsfeldwebel
rang 10 Stabsfeldwebel

Messages : 838
Date d'inscription : 26/05/2016
Age : 33
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Les défenses allemandes d'Omaha Beach

Message  Hick22 le Dim 19 Juin 2016 - 22:02


Les obstacles sur la plage et au pied de la falaise


Plan des obstacles de la plage, devant Vierville

En 1944, à partir de mars, les Allemands avaient commencé la construction d'obstacles sur toute la plage. Ce réseau, conçu pour couler ou stopper des bateaux de débarquement, était toujours en cours de complément le jour J à Vierville.

Il était constitué de plusieurs lignes discontinues d'obstacles divers, souvent minés et piégés, des "éléments C Cointets" ou "portes Belges", des pieux en bois, des rampes en bois et des hérissons en cornières d'acier.
Ces lignes étaient disposées sur l'estran, entre 250m et 100m de la laisse de haute mer.


Carte Allemande des WN ("WiderstandNester" ou "nid de résistance")

Les troupes attaquantes, après avoir atteint le talus de galets bordant le sable (ou la digue de front de mer qui s'étendait sur 600 mètres seulement à l'époque, de la descente de Vierville jusqu'à la villa Hardelay), devaient encore traverser une étroite bande de terrain plat pour atteindre les falaises.
La plupart des villas qui s'y trouvaient avaient été démolies par les Allemands mais certaines étaient encore en cours de démolition. En effet les Allemands récupéraient pour leur usage toutes les pièces de charpentes pouvant servir dans les abris qu'ils construisaient.

Les Allemands avaient disposé des mines et des barbelés pour ralentir un mouvement au-delà du banc de galets, mais ces obstacles n'étaient pas continus.


Mine "Tellermine", antichar et obus piégés

Presque tout le long de la plage, une rangée de fil de fer barbelés "concertina" (en cerceaux) était placée au-dessus du talus de galets; à l'extrémité ouest, ces barbelés étaient placés sur le sommet de la digue de front de mer.

Des champs de mines disséminées irrégulièrement, habituellement balisés par des pancartes (mais celles-ci indiquaient souvent des champs de mines fictifs), s'étendaient sur le terrain plat derrière les barbelés et parfois sur les pentes des falaises. En plus des mines Allemandes anti-personnel ordinaire (S-Minen ou mines "bondissantes"), il y avait aussi des pièges (charges de T.N.T. recouvertes de pierres et mises à feu par fil tendu, quelquefois dans l'épaisseur du concertina), des mines ordinaires piégées, et des mines Françaises diverses.


Mine "S", anti-personnel (mine bondissante)

_________________
Tout le succès d'une opération réside dans sa préparation.
En tuer un pour en terrifier un millier.
Si nous voulons que la gloire et les succès accompagnent nos armes , nous ne devons jamais perdre de vue : la doctrine , le temps , l’espace , le commandement , la discipline .

L'Art de la guerre de Sun Tzu

War does not determine who is right .......... only who is left
avatar

Hick22
rang 10 Stabsfeldwebel
rang 10 Stabsfeldwebel

Messages : 838
Date d'inscription : 26/05/2016
Age : 33
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Les points fortifiés "WN" ("WiderstandNester" ou "nid de résistance")

Message  Hick22 le Dim 19 Juin 2016 - 22:06


De l'Ouest à l'Est on pouvait compter de nombreuses zones fortifiées dénommées WN 76 à 60 : (détail à venir point par point)

WN 76, à l'ancien sémaphoree (STP Le Guay), il protégeait la station radar d'Englesqueville (équipée de radars de la Luftwaffe et de la Kriegsmarine)
WN 74, à la Pointe de la Percée, avec 2 canons de campagne de 76mm.
WN 73, autour de la "maison Gambier", avec des positions de mortiers et un canon PAK de 75mm.
WN 72, à l'Ouest de la descente de Vierville, avec 2 bunkers bétonnés renfermant 2 canons (88mm antichar et 50mm).
WN 71, à l'Est de la descente, avec des positions de mortiers,
WN 70, au dessus de la villa Hardelay, encore très sommairement aménagé, avec un gros bunker encore en construction, et peut-être un 75mm PAK non protégé.
WN 69, PC allemand dans le quartier ouest du bourg de St-Laurent, avec une batterie de Nebelwerfer.
WN 68 et WN 66, de part et d'autre de la descente de Saint-Laurent, avec des canons antichars de 50mm et des mortiers.
WN 67, une position défensive factice voisine du WN 66, au nord du bourg de St-Laurent et en bordure de falaise.
WN 65 et WN 64, de part et d'autre de la descente du Ruquet, avec des canons antichars de 50mm et des mortiers.
WN 63, PC allemand dans le bourg de Colleville
WN 62, WN 61, WN 60, au nord de Colleville, avec des canons antichars ou de campagne de 88, 75 et 50mm, et des mortiers.

Ces WN formaient des positions discontinues, placées presque toujours de part et d'autre des vallons qui traversaient la falaise. En effet les Allemands n'avaient pas assez de troupes pour garnir cette falaise sur toute sa longueur.

Les positions de feu allemandes étaient donc disposées de façon à couvrir la plage et le bord de la plage par un feu direct , de face et de flanc en enfilade, à la fois plongeant et rasant, de tous types d'armes, du fusil au canon antichar de 88mm, en passant par des mortiers. De nombreuses mitrailleuses étaient les armes de base de ces emplacements. Il y avait une position de lance fusées Nebelwerfer à Saint-Laurent. De plus plusieurs observatoirs d'artillerie étaient en liaison téléphonique avec les batteries d'artillerie de campagne (obusiers de 105 et 155mm) camouflée à l'intérieur des terres. Ces batteries pouvaient donc efficacement battre toute la plage en tir indirect..

L'observation de toute la zone d' Omaha et les tirs de flanc étaient facilités par la courbe en croissant du rivage. Les positions entre Vierville et la Pointe de la Percée étaient particulièrement dangereuses, prenant en enfilade toute la plage. Toutefois les tirs à trop longue portée de flanc étaient peu précis, génés souvent par la fumée, et probablement peu pratiqués par rapport aux tirs sur les objectifs les plus proches.

Chaque point fortifié était un système complexe de casemates bétonnées ou non, de positions découvertes ou enterrées, de tranchées, d'abris, entourés de champs de mines et de barbelés. Les éléments étaient reliés les uns aux autres et aux abris souterrains et dépôts par des tranchées profondes et souvent par des tunnels.

Les importantes zones vides situées entre les points forts étaient supposées protégées par les tirs de flanc, les champs de mines, et par quelques tranchées, trous d'hommes et nids de mitrailleuses le long de la crête. La ligne de défense n'était pas continue, mais il n'y avait aucune zone de plage qui ne soit pas couverte par le réseau des tirs défensifs.
Presque toutes les armes, canons comme mitrailleuses, étaient placées d'abord pour tirer latéralement le long de la plage. La défense d'un secteur donné dépendait autant des tirs de flanc d'une position voisine que des emplacements dans le secteur lui-même.

Les points forts étaient pour la plupart situés près de l'entrée des vallées barrées à leur pied par un mur antichar et un fossé antichar.

Début juin, les Allemands étaient toujours en train de compléter et de renforcer ces points forts, notamment celui au-dessus de la villa Hardelay qui était bien loin d'être achevé. En fait ous les WN étaient encore en plein développement à la date du 6 juin 44, et il y avait de très nombreuses casemates bétonnées en cours de construction.

Ces WN étaient occupés par 4 compagnies de la 716ème division et 2 compagnies de la 352ème division, soit au total environ 1500 hommes. Il fallait y ajouter la batterie de Nebelwerfer, les observateurs de l'artillerie de campagne, les servants des radars d'Englesqueville, et quelques hommes en observation permanente de la Marine (à Vierville et peut-être à Colleville?) et de la FLAK (à St-Laurent).

_________________
Tout le succès d'une opération réside dans sa préparation.
En tuer un pour en terrifier un millier.
Si nous voulons que la gloire et les succès accompagnent nos armes , nous ne devons jamais perdre de vue : la doctrine , le temps , l’espace , le commandement , la discipline .

L'Art de la guerre de Sun Tzu

War does not determine who is right .......... only who is left
avatar

Hick22
rang 10 Stabsfeldwebel
rang 10 Stabsfeldwebel

Messages : 838
Date d'inscription : 26/05/2016
Age : 33
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Le WN 76

Message  Hick22 le Dim 19 Juin 2016 - 22:23

situé à l'ancien sémaphore (STP Le Guay), il protégeait la station radar d'Englesqueville (équipée de radars de la Luftwaffe et de la Kriegsmarine)




L'ancien sémaphore, modèle Depillion, encore en service en 1937, armé par 2 officiers mariniers de la Marine Nationale, logés sur place avec leur famille.
L'ensemble a été évacué fin 37 ou début 38, à la suite d'un éboulement de falaise qui faisait craindre pour la stabilité de la construction. C'est le sémaphore de Longues-sur-Mer qui a accueilli l'équipage de celui d'Englesqueville


Le "dévalou" du sémaphore, avant guerre

A Englesqueville-la-Percée, petite commune du nord du canton d'Isigny, les vestiges d'une station radar constituent les traces indélébiles de l'occupation allemande au début des années 40.

Parmi les images les plus connues du "Jour le plus long', on se souvient du guetteur allemand apercevant dans le grisaille du 6 juin la flotte américaine. Réalité des faits qui veut dire qu'il n'existait plus que ce "guet de la mer", comme on disait au 17ème siècle, pour assurer la surveillance des côtes. L'ensemble des moyens de détection avait bel et bien été annihilé. Parmi ceux-ci, la station radar d'Englesqueville-la-Percée. Aujourd'hui, seuls quelques maigres vestiges subsistent, loin des regards, et peuvent témoigner de l'existence de ce maillon de la chaîne des stations couvrant l'Europe. Henri Lepelletier, témoin privilégié, puisque l'installation se situait sur des terres exploitées par sa famille, nous en refait une description.

"C'est dès la fin de 1940 que le repérage des lieux est fait. Sur l'emplacement de l'ancien sémaphore qui a été rasé, et au même endroit ils ont fait des baraquements. Il fallait 30 personnes tous les matins pour y aller travailler. Notre tour revenait vite. Les radars ont été mis en service vers 41/42, mais pour les casernements, en 44, ce n'était pas encore terminé. Tout était fait à la main, les terrassements, le béton, et sans enthousiasme !..."




L'ensemble est géré conjointement par la Luftwaffe (aviation) et la Kriesgmarine (marine) possédant sur le site leurs propres radars.

"Il y avait environ 160/180 hommes dont 3 fois plus de la Luftwaffe que de la marine. Ils n'étaient pas trop méchants. Mais il n'y avait même pas d'eau là-bas, il fallait leur en porter une barrique tous les matins!"



Une route est d'ailleurs créée spécialement pour rejoindre la station, encadrée d'un champ de mines d'environ 200 mètres d'épaisseur. L'espace, par lui délimité, a la forme d'un rectangle d'environ 500 mètres sur 250 mètres.




"Il y avait un blockhaus dans chaque angle et deux sur les côtés. Comme constructions, 2 casernes étaient terminées et la centrale électrique".

La mise hors service de ces installations fait bien évidemment partie du plan de préparation d'Overlord.

"Ils sont venus bombarder les deux mardis d'avant le Débarquement, le 23 et le 30 mai. Le 23 mai, c'était des Mosquitos de la RAF, ils ont mitraillé. On a ramassé des douilles au râteau dans la cour (à environ 400 m des lieux). Ils sont revenus avec des bombes. J'ai vu des photos prises après ce 30 mal, c'était détruit à 80 %. On n'a jamais su mais ça m'étonnerait qu'il n'y ait pas eu de morts. Ils ont évacué les lieux et se sont réfugiés dans la ferme en face avec tout leur matériel".

Au 6 juin, l'emplacement est encore pilonné. "Les trous de bombe se touchaient. Seuls deux fanatiques avec quelques "kamarads" se sont défendus ; les autres se sont enfuis ou rendus aux Américains".

Plusieurs morceaux des antennes ont été jetés en bas de la falaise afin de redonner vie aux terres agricoles, rejetant ainsi quelques-uns des premiers éléments indispensables aux futures guerres modernes.

Ses Caractéristiques:

Unité Luftwaffe: 10ème Flugmelde-Leit-Kompanie (Stellung "Imme")

La station radar d'Englesqueville compte, pour la partie Luftwaffe, 2 radars du type VVR FuSe 65 (Wurzburg Riese) destinés à déterminer distance, relèvement des avions et à diriger les actions de chasse. La portée est d'environ 60 km avec une parabole de 7,50 m de diamètre, en profilés d'aluminium.

La partie maritime, baptisée "Seetakt" est située au plus près de la falaise dont la hauteur de 45 m permet une portée de plus de 30 km.

Plusieurs antennes de type "Freya", semblent avoir été installées. (Kriegsmarine FuMG 80)


Les 2 modèles de radars,le Würzburg-Riese (Luftwaffe, la parabole de gauche) et le Freya (Kriegsmarine, les antennes de droite)

Le 6 juin la station était hors service du fait des bombardements alliés



Série de photos du 18 février 1943, entre la Percée et le sémaphore








la station photographiée par les Alliés




Les ruines du radar Freya FuMG80 de la Kriegsmarine, le 22 juillet (ou juin) 1944



Une partie du site des radars, photographiée avant le 6 juin






Le site aujourd'hui !



_________________
Tout le succès d'une opération réside dans sa préparation.
En tuer un pour en terrifier un millier.
Si nous voulons que la gloire et les succès accompagnent nos armes , nous ne devons jamais perdre de vue : la doctrine , le temps , l’espace , le commandement , la discipline .

L'Art de la guerre de Sun Tzu

War does not determine who is right .......... only who is left
avatar

Hick22
rang 10 Stabsfeldwebel
rang 10 Stabsfeldwebel

Messages : 838
Date d'inscription : 26/05/2016
Age : 33
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: 1 - La Wehrmacht (l'Armée Allemande) à Omaha Beach (Vierville-sur-Mer) en 1944

Message  Kristen von landsberg le Lun 20 Juin 2016 - 13:55

super cheers cheers cheers cheers cheers
avatar

Kristen von landsberg

Messages : 99
Date d'inscription : 10/05/2016
Age : 31
Localisation : lyons la foret

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: 1 - La Wehrmacht (l'Armée Allemande) à Omaha Beach (Vierville-sur-Mer) en 1944

Message  Oliver STONE le Lun 20 Juin 2016 - 22:34

génial passionnant ! j’adore
avatar

Oliver STONE

Messages : 470
Date d'inscription : 20/05/2016
Age : 53
Localisation : paris

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

WN74 de la pointe de la Percée

Message  Hick22 le Lun 20 Juin 2016 - 22:42

Le point fortifié "WN74" de la pointe de la Percée
[ WN signifiait "Widerstandnester" ou "nid de résistance" ]  

Le WN 74, à la pointe de la Percée, comprenait 2 canons de campagne de 76mm (de marque tchéque Skoda) pouvant tirer de flanc sur toute la plage.


Des plans américains, dessinés avant le débarquement, ils n'ont aucune valeur, les observations aériennes étant inefficaces devant le camouflage.

"Michel Hardelay": "deux canons de 77 mm avaient pris position en haut de falaise à la "fosse de Louvières" et étaient sous le commandement de l'unité (la 9ème cie du 726ème régiment) occupant le château de Gruchy."

Photos de la Percée et de la Pêcherie le 30 juin 1943



En allant vers la Pêcherie, venant de Vierville



Début de la fosse de la Pêcherie



Le fosse de la Pêcherie, avec la tour du Marquis de Pierre


Photo aérienne de la Percée le 27 avril 1944(depuis Englesqueville jusqu'à Vierville, WN 72 à 74)





Plans du WN 74 à la Percée, établi par les Américains avant le 6 juin





le WN74 vers midi le 6 juin






Photos après le D Day !


un des 2 canons de 76mm du WN74  (à la Percée)









Peut-être un des 2 canons SKoda du WN74 qui a été arraché de la falaise par les tirs de la Navy (N°21 de la série Brandel)



tunnel dans le WN74





Panneaux "Achtung Minen!"



projecteur allemand à la Percée



obus de 270 mm piégé, dans la falaise entre la Percée et Vierville (il y en avait tous les 100mètres environ, ils étaient encore là en 1946, avant le déminage général de 1946-47). Il ne semble pas que ces pièges aient été utilisés



Photos de 1975






_________________
Tout le succès d'une opération réside dans sa préparation.
En tuer un pour en terrifier un millier.
Si nous voulons que la gloire et les succès accompagnent nos armes , nous ne devons jamais perdre de vue : la doctrine , le temps , l’espace , le commandement , la discipline .

L'Art de la guerre de Sun Tzu

War does not determine who is right .......... only who is left
avatar

Hick22
rang 10 Stabsfeldwebel
rang 10 Stabsfeldwebel

Messages : 838
Date d'inscription : 26/05/2016
Age : 33
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: 1 - La Wehrmacht (l'Armée Allemande) à Omaha Beach (Vierville-sur-Mer) en 1944

Message  Thomas Dietrich le Lun 20 Juin 2016 - 23:02

superbe documentation !!!
avatar

Thomas Dietrich
rang 3 Gefreiter
rang 3 Gefreiter

Messages : 532
Date d'inscription : 07/05/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

WN73 à l'ouest de la descente de Vierville

Message  Hick22 le Mar 21 Juin 2016 - 20:53

Le point fortifié "WN73" à l'ouest de la descente de Vierville
WN signifiait "Widerstandnester" ou "nid de résistance"


Le WN 73, autour de la maison "Gambier" (en ruine), comprenait un canon antichar (français semble-t-il) de 75mm, 2 fosses à mortiers de 80mm, une seule étant semble-t-il armée, un tobrouk de DCA et plusieurs positions de mitrailleuses ou de tireurs.

Un observatoire sous béton permettait aux artilleurs allemands d'une batterie de campagne de régler leurs tirs.



profil de la côte à Vierville photographiée par un sous-marin anglais



Positions repérées 23 (au WN73) et Réf Brandel N°24 (au WN72), mortier (coord : 6467-9180)






Le 24 mars 1944




Photo aérienne de la Percée le 27 avril 1944(depuis Englesqueville jusqu'à Vierville, WN 72 à 74)










Vue du WN 73, avec le bunker pour canon PAK de 75mm et la maison "Gambier"








Plan approximatif établi par les américains avant le 6 juin



Carte US au 1/12500




Croquis du WN73 par M. Hardelay, sur un fond de plan cadastral. Ce plan établi après la guerre comporte beaucoup d'erreurs





Croquis du WN 73 établi par YC en 1946



en 1947



en 1955





Vue aérienne en 1975 du site WN73







Des tranchées encore visibles



Les tranchées à l'Est de la maison Gambier






Ce qui reste de l'observatoire d'artillerie




Tranchée Réf Brandel N°24, mortier (coord : 6467-9180)






WN73, abris à côté de la maison "Gambier"





Un mortier de 81mm allemand du WN 73 (emplacement 23)




Fosse à mortier du WN73 avec images peintes figurant  le voisinage. Notez les distance marquées sur les flanc du Tobrouk









Fresque non identifiée, au WN73, peut-être dans l'observatoire ou dans un tobrouk pour mortier





Bunker pour canon antichar de 75mm








Le canon de 75 français avec frein de bouche anti-flamme, après la bataille. Son frein de bouche a été conservé, visible scellé au bord de la descente à bateau de Vierville vers la plage.







Les ruines de la maison Gambier, vers 1990, elles sont effondrées aujourd'hui. Cette maison n'était pas fortifiée.
















_________________
Tout le succès d'une opération réside dans sa préparation.
En tuer un pour en terrifier un millier.
Si nous voulons que la gloire et les succès accompagnent nos armes , nous ne devons jamais perdre de vue : la doctrine , le temps , l’espace , le commandement , la discipline .

L'Art de la guerre de Sun Tzu

War does not determine who is right .......... only who is left
avatar

Hick22
rang 10 Stabsfeldwebel
rang 10 Stabsfeldwebel

Messages : 838
Date d'inscription : 26/05/2016
Age : 33
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

WN72 devant la descente de Vierville

Message  Hick22 le Jeu 23 Juin 2016 - 22:14

Le point fortifié "WN72" devant la descente de Vierville
WN signifiait "Widerstandnester" ou "nid de résistance"


Le WN 72, en bas de la descente sur la gauche, comprenait une grosse casemate en béton avec un canon long antichar PAK43 de 88 mm (ce canon est  toujours en place), et un canon KWK de 50mm dans une casemate à double embrasure qui existe toujours. Il y avait aussi sur ce site des positions de mitrailleuses ou de tireurs, dont une à double embrasure en béton, et une postion de mortier, non bétonnée.

Le maximum des défenses visait à protéger et à défendre les accès à la plage, c'est-à-dire les sorties de plage pour les Alliés. Ainsi à Vierville, en plus des deux positions de part et d'autre du vallon avaient été coulés trois blockhaus, l'un abritait un canon de 88mm pouvant tirer vers l'Est en balayant la plage et le boulevard, son embrasure se confondait avec la suite d'une haie de tamaris plantée sur le talus du bord de route; le second, un canon de petit calibre (50mm) sur affût pivotant et pouvant tirer dans les deux directions latérales à la plage.

les 2 bunkers du WN72



Patrouille allemande avec des chiens au WN72, sous Vierville


Réf Brandel N°24, mortier (coord : 6467-9180), au dessus du WN72


l'emplacement de mortier( réf 24)sur la falaise, au dessus des 2 bunkers WN72


Les 2 grands bunkers du WN 72 à Vierville



Plan du bunker à 2 embrasures se trouvant dans le côtes, face à Vierville photo ci dessous



15 février 44



24 mars 44



Photo aérienne de la Percée le 27 avril 1944 (depuis Englesqueville jusqu'à Vierville, WN 72 à 74)


profil de la côte à Vierville photographiée par un sous-marin anglais


La côte de Vierville à St-Laurent le 6 juin vers midi


Ce qui reste du mur antichar au pied de la descente de Vierville, vers le 8 juin 44



Le WN 72 vu d'un LCT quelques jours après le 6 juin




Le bunker pour canon PAK 38 de 50mm court, à double embrasure, Est et Ouest

bunker WN72 à double embrasure avec canon de 50mm



Détail de la casemate du canon de 50mm


Vue de l'embrasure Ouest du bunker ci-dessous


vue du bunker vers l'ouest


Vue du bunker vers l'est


On y voit le canon court de 50mm KWK, dirigé sur l'embrasure Est


Le tobrouk qui est accolé au Sud-Ouest est probablement destiné à une arme légère


Ci dessous, ce type de canon court (tube de 2m10)



photo censurée, le ballon a été effacé. Ci dessous la photo non censurée






1946


situation actuelle






Le bunker du canon PAK 43 de 88mm antichar


Bunker du canon antichar de 88mm à gauche amorce du mur anti-char. Actuellement Monument de la  Garde Nationale des USA




Plan type d'une casemate pour canon de 88mm


vue de l'intérieur


Vue depuis le bunker armé d'un canon antichar PAK43 de 88mm




Le 88 mm vu de l'intérieur, après la bataille, vers le 8 juin


Le canon PAK43 de 88mm dans sa casemate dont l'intérieur porte les traces des coups de 75mm des chars DD




Le WN71 vu du canon de 88 du WN72


La casemate du 88mm, vue du côté est, depuis la casemate du 50mm


Le bunker principal de Vierville le 7 juin, montrant les débris éclatés du mur antichar


tout de suite vers le 8 juin, rien n'est encore déblayé


Des américains examinent le 88mm



Déc 1944, YC devant la casemate


1945





1945, vue arrière







1964

_________________
Tout le succès d'une opération réside dans sa préparation.
En tuer un pour en terrifier un millier.
Si nous voulons que la gloire et les succès accompagnent nos armes , nous ne devons jamais perdre de vue : la doctrine , le temps , l’espace , le commandement , la discipline .

L'Art de la guerre de Sun Tzu

War does not determine who is right .......... only who is left
avatar

Hick22
rang 10 Stabsfeldwebel
rang 10 Stabsfeldwebel

Messages : 838
Date d'inscription : 26/05/2016
Age : 33
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

WN71 à l'Est de la descente de Vierville

Message  Hick22 le Ven 24 Juin 2016 - 20:06

Le point fortifié "WN71" à l'Est de la descente de Vierville
 
[ WN signifiait"Widerstandnester"ou "nid de résistance" ]

Le WN 71, séparé du WN72 par le mur antichar en travers de la route, comprenait 2 fosses à mortiers de 80mm  sur la falaise, des positions de mitrailleuses ou de tireurs.
 

La 716ème division allemande avait eu deux ans pour équiper ses divers points de défense; chacun comportait, en principe, deux fosses à mortier, quatre positions de mitrailleuses, parfois une mitrailleuse sur affût tournant pour tir sur avion, un abri à dix mètres sous terre desservi par une galerie ayant deux sorties distantes de 50 mètres et un poste de commande de tir à flanc de falaise; le tout desservi par un réseau de tranchées et des liaisons téléphoniques enterrées. La plupart des ouvrages étaient bétonnés.

essai de tracé du plan du WN71, sur un fond de plan cadastral établi par M. Hardelay


15 février 44


Le 24 mars 44


Photo aérienne de la Percée le 27 avril 1944(depuis Englesqueville jusqu'à Vierville, WN 72 à 74)


Les WN71 et 72, vers 7h30 le 6 juin. On aperçoit le mur antichar et sa chicane, le fossé dans la route et les 2 bunkers du WN72


La côte de Vierville à St-Laurent le 6 juin vers midi


Le WN71, vu du canon de 88 du WN72


le bunker du WN71, au dessus de la salle des fêtes actuelle



Ci dessous, l'emplacement de la casemate ci-dessus


Sentinelle sur le WN71


un Tobrouck pour mitrailleuse



Un abri pour Tobrouck



Une position de mortier de 80mm



une entrée de souterrain sur le plateau (une échelle en bois verticale d'une dizaine de mètres, une galerie horizontale de 15 mètres et 2 chambres latérales à gauche)


Un souterrain exploré par un GI (Charlie Kinnaman, of Bloomington, Ind.) d'une ESB, WN inconnu, la plupart comportaient des souterrains importants, notamment le WN71.


Le bunker à 2 embrasures pour mitrailleuse, au dessus de la carrière de Vierville (exploitée largement par les Américains en 1944, ils ont ainsi déchaussé le bunker qui est près du vide maintenant. La carrière est aujourd'hui abandonnée et occupée par des villas)



Plan type de bunker à 2 embrasures pour armes légères

_________________
Tout le succès d'une opération réside dans sa préparation.
En tuer un pour en terrifier un millier.
Si nous voulons que la gloire et les succès accompagnent nos armes , nous ne devons jamais perdre de vue : la doctrine , le temps , l’espace , le commandement , la discipline .

L'Art de la guerre de Sun Tzu

War does not determine who is right .......... only who is left
avatar

Hick22
rang 10 Stabsfeldwebel
rang 10 Stabsfeldwebel

Messages : 838
Date d'inscription : 26/05/2016
Age : 33
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

WN70 du "Hamel-au-Prêtre"

Message  Hick22 le Ven 24 Juin 2016 - 21:03

Le point fortifié "WN70" du "Hamel-au-Prêtre"
WN signifiait "Widerstandnester" ou "nid de résistance"

Le WN 70, au-dessus de la villa "Hardelay", était encore en cours de construction et semble-t-il peu occupé. Achevé, il aurait pu recevoir 2 canons de 75mm dont 1 sous casemate en béton, et un canon de 20 mm antiaérien en encuvement bétonné.

La question de savoir si un canon de 75mm était en place le 6 juin reste entière. Je n'ai aucune photo de ce canon hypothétique. Aucun témoignage non plus des GIs qui sont passés par là le 6 juin de bonne heure et ont neutralisé le WN.

Plan du WN70 (tentative de reconstitution)


15 février 44


Situation le 24 mars 1944


Les fortifications de Vierville, d'après un document US à la date du 19 mai 44


Détails côte Vierville 22 mai 44


Le WN 70, vers midi le 6 juin


Carte US au 12500


Secteur Dog Green, WN70


falaise dans le secteur Dog Green, à gauche les cyprès de la villa Hardelay


La position pour un canon de 75 non protégé


vue du WN70, vers l'Est les villas à moitié démolies, au premier plan la casemate en construction


le même bunker vu de l'autre côté


Exercices allemands au WN70 (rollen bombe, TMine coulée dans du béton)







_________________
Tout le succès d'une opération réside dans sa préparation.
En tuer un pour en terrifier un millier.
Si nous voulons que la gloire et les succès accompagnent nos armes , nous ne devons jamais perdre de vue : la doctrine , le temps , l’espace , le commandement , la discipline .

L'Art de la guerre de Sun Tzu

War does not determine who is right .......... only who is left
avatar

Hick22
rang 10 Stabsfeldwebel
rang 10 Stabsfeldwebel

Messages : 838
Date d'inscription : 26/05/2016
Age : 33
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

WN 69 à Saint-Laurent

Message  Hick22 le Mar 28 Juin 2016 - 21:37

Le WN 69 à Saint-Laurent

Le WN 69 est repéré sur une carte Allemande dans la partie ouest du bourg de St-Laurent.
Effectivement se trouvait dans cette zone la Kommandantur de Saint-Laurent et le PC de la compagnie 10/726 et probablement celui de la compagnie 5/916 arrivée récemment.
Un poste de DCA (mitrailleuse) était installé sur le toit d'une maison au nord de la route.
La route vers Vierville était fermée la nuit par un barrage constitué de 2 portes belges mobiles (éléments C).

En avril et mai 1944, une unité de lance fusées incendiaires de 320mm dits Nebelwehrfer (100ème Abteilung) s'est installée au sud de la route.

Des câbles téléphoniques enterrés ont été repérés facilement par avion dès leur mise en place. Ils reliaient les WN des Moulins et du Ruquet au PC et à un central téléphonique situé dans un abri à Louvières.



Légendes:
en vert câbles téléphoniques allemands enterrés
en rouge ouvrages allemands
1 - Poste de DCA installé sur le toit d'une maison
2 - En abri souterrain, poste de télécommandes des lance-fusées Nebelwehrfer, avec le générateur d'électricité
3 - 4 rangées comprenant chacune 10 châssis (en bois?) de lancement de fusées de 320mm incendiaires (4 fusées par châssis?). Les châssis étaient dans des fosses.
4 - Câble téléphonique enterré récemment (entre le 24 mars et le 24 mai 44) vers le WN66 (Les Moulins). Les tranchées sont bien visibles sur les photos aériennes.
5 - Câble téléphonique enterré (avant le 24 mars 44) vers les WN 64 et 65 (Le Ruquet)
6 - Emplacement, à la traversée d'un ravin, où le câble téléphonique vers le Ruquet a été sectionné dans la nuit du 5 au 6 juin par un commando de soldats américains probablement parachutés et bien renseignés sur l'emplacement où ils devaient rechercher le câble.
7 - 2 portes belges fermant la route le soir

Les photos aériennes



St-Laurent et les vignettes de Vierville en 1943



24 mars 44, aucune trace de lance fusées.Le câble vers Le Ruquet est en place.



La photo montre aussi la trace de la tranchée creusée pour le câble téléphonique reliant le Ruquet au central de Louvières. Ce câble a été sectionné (témoignage Edmond Scelles) dans la nuit du 5 au 6 juin par un commando américain.





St-Laurent le 24 mai 44. On aperçoit seulement 2 rangées de Nebelwehrfer sur les 4 qui semblent en place le 6juin



vers 14h00, la mer descend nettement. On aperçoit 4 rangées de 10 Nebelwerfer en bas à gauche (WN67).





2 des rangées de Nebelwerfer de St-Laurent, bien visibles sur une photo du 6 juin 6 juin vers 12h00



Cartes établies avant le débarquement



carte des objectifs de la batterie de Formigny, sur laquelle sont indiqués les emplacements des WN67 et 69



St-Laurent centre - Carte au 1/12500 US



Carte Allemande des WN



Carte US






Des châssis Nebelwerfer de 320mm à St-Laurent

_________________
Tout le succès d'une opération réside dans sa préparation.
En tuer un pour en terrifier un millier.
Si nous voulons que la gloire et les succès accompagnent nos armes , nous ne devons jamais perdre de vue : la doctrine , le temps , l’espace , le commandement , la discipline .

L'Art de la guerre de Sun Tzu

War does not determine who is right .......... only who is left
avatar

Hick22
rang 10 Stabsfeldwebel
rang 10 Stabsfeldwebel

Messages : 838
Date d'inscription : 26/05/2016
Age : 33
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

WN 68, lieu dit "Les Moulins" St-Laurent

Message  Hick22 le Sam 2 Juil 2016 - 10:51

Le WN 68, installé aux à St-Laurent, à l'ouest de la route conduisant à la mer

Le WN 68 était installé aux Moulins, sur la moité ouest du hameau presque complètement démoli avant le 6 juin.
Il était relativement peu armé. Les photos prises après le débarquement ne montrent qu'un canon antichar de 50 mm et un tourelle de char. Il y avait certainement plusieurs postes de mitrailleuses le long de la mer et sur la falaise.



Plan du WN 68, en bleu fossé antichar, en violet barbelés (tracé très approximatif)

Légendes:
1 - Canon PAK38 de 50 mm en cuve, en bordure de mer, existence incertaine, position incertaine
2 - Tourelle de char Panzer 3, avec canon court de 75mm, position et existence certaine
3 - Bunker à 2 postes de tir individuels, orienté vers le Sud et l'Est
4 - Accès du site, 2 portes belges mobiles (Eléments C), fermées la nuit
5 - Mur antichar, postion certaine, fermeture encore incomplète, liée à des villas non encore démolies
6 - Fossé antichar rempli d'eau, un passage routier maintenu pour accès aux travaux de la plage
7 - Bunker ou abri béton en construction


2 photos prises le 30 juin 1943, alors que les Allemands avaient commencé à détruire les villas de la plage





Les Moulins Ouest, ci-dessous, photo renseignée





Le 24 mars 44






Les profils de côte photographiés par les alliés avant le débarquement, depuis des sous-marins. Ci-dessus, la côte du Ruquet à Saint-Laurent.



Profil de côtes de Colleville à Dog White



Profils de côtes de Ste-Honorine aux Moulins





Les "Moulins" en 1943, avant les grands travaux de fortifications et la construction du fossé antichar.



St-Laurent et les vignettes de Vierville en 1943










un P 38 Lightning de reconnaissance photographie le rivage à St-Laurent le 19 mai 44. Il n'y a encore que peu d'obstacles sur la plage



Détails du WN68, 6 juin 12h15










Plans établis avant le débarquement

Les Moulins D3 Carte au 1/12500



St-Laurent centre



les défenses de St-Laurent d'après une carte US du 19 mai 44 (très approximatif)



Plan des Moulins avant-guerre. En principe toutes les villas au nord du Moulin des Benoit étaient détruites par les Allemands, à l'exception de celles entourées d'un rond bleu sur ce plan.



Plans approximatifs des WN 66 et 68, établi avant le jour J par les Alliés




Photos du WN 68


Un Tobrouk pour tourelle de char au WN 68 ?, sur la crête?



Postes de tirs sur la falaise, WN 68



La maison des Schneegans en 1941, sous l'occupation.



En premier plan, un amas de ferrailles qui représente probablement un ouvrage en construction



Fossé antichar de D3, au fond les Sables d'Or, vue sur le WN66, depuis le WN68



Au WN68, au fond la villa Ste Cécile



Casemate à double poste de tir au WN68





Le mur antichar de St-Laurent






Une tourelle de char Panzer 3 au WN 68







sept 44, Les Moulins, WN68, on aperçoit la tourelle de char. La maison non détruite est celle du jardineir de la propriété Roide



cette photo n'est pas identifiée de façon certaine, il s'agit probablement de le tourelle du WN 68



Dernière édition par Hick22 le Sam 2 Juil 2016 - 11:36, édité 1 fois

_________________
Tout le succès d'une opération réside dans sa préparation.
En tuer un pour en terrifier un millier.
Si nous voulons que la gloire et les succès accompagnent nos armes , nous ne devons jamais perdre de vue : la doctrine , le temps , l’espace , le commandement , la discipline .

L'Art de la guerre de Sun Tzu

War does not determine who is right .......... only who is left
avatar

Hick22
rang 10 Stabsfeldwebel
rang 10 Stabsfeldwebel

Messages : 838
Date d'inscription : 26/05/2016
Age : 33
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

La zone fortifiée WN 66 à l'est des Moulins St Laurent

Message  Hick22 le Sam 2 Juil 2016 - 11:20

La zone fortifiée WN 66 à l'est des Moulins

Le WN 66 était placé immédiatement à l'est de la descente des Moulins à St-Laurent.
Il était apparemment en pleine construction et les positions d'artillerie en service le 6 juin étaient très limitées: un canon PAK de 50 mm en bordure de mer, une position de tir individuel double orientée vers le sud et l'ouest en haut de la bordure est du vallon, et peut-être un tobrouck pour mortier sur le plateau.
Par contre au moins 4 bunkers étaient en pleine construction.

En 44, au WN66, était installé un poste de veille permanente de la Luftwaffe, n° 56 « Gustav » , avec 6 hommes de la Luft Flugwach Kommando (FLUKO), de la 15. Flugmelde-Reserve_Kompanie dont le PC était à Rocquencourt. La 15. Flugmelde-Reserve_Kompanie appartenait au III. Abteilung du Luftgau-Nachrichten-Regiment Westfrankreich. Il est possible que la villa les "Sables d'Or" ait abrité ce groupe.

13h00 le 6 juin, le WN66



Carte Allemande des WN



Plan du WN 66



Légendes:
1 - Bunker en béton, à 2 postes de tir individuels, orientés vers le sud et l'ouest
2 - Bunker en construction pour pièce d'artillerie orienté vers l'Est
3 - Bunker en construction pour pièce d'artillerie orienté vers l'Ouest
4 - Bunker en construction pour PAK 50mm, à double orientation E et O; (cf Brandel:41,42 & 43 - "Standard type casemate, front, interior and under construction 90506662")
5 - Tobrouck en construction pour tourelle de char, prêt à recevoir la tourelle, qui était encore sur son camion de transport le 6 juin.
6 - Villa 'Les Sables d'Or", non détruite, pour une raison indéterminée, peut-être un poste d'observation de la Luftwaffe.
7 - Mur antichar appuyé sur des maisons en cours de démolition.
8 - Accès à la plage, fermé la nuit par 2 portes belges (éléments C) mobiles
9 - Fossé antichar inondé
10 - Tobrouck pour mortier??
11 - Canon PAK 38 de 50mm en cuve, en bord de mer

Vue du WN66, vers début 44



Casemate pour 2 postes de tir, WN66



Casemate (réf Brandel 42) en construction au WN66 90506662 , N°4 sur le plan ??





Dans le WN 66, un emplacement à 2 embrasures non encore recouvert, N°4 sur le plan, après déblaiement des coffrages et ferraillages??



Le mur antichar de St-Laurent




Canon antichar de 50mm


Canon antichar de 50mm au WN66, N°26 du croquis Brandel N°11 sur le plan du WN







Bunker en construction au WN66, N°2 sur le plan du WN





Petite douche improvisée!!.






_________________
Tout le succès d'une opération réside dans sa préparation.
En tuer un pour en terrifier un millier.
Si nous voulons que la gloire et les succès accompagnent nos armes , nous ne devons jamais perdre de vue : la doctrine , le temps , l’espace , le commandement , la discipline .

L'Art de la guerre de Sun Tzu

War does not determine who is right .......... only who is left
avatar

Hick22
rang 10 Stabsfeldwebel
rang 10 Stabsfeldwebel

Messages : 838
Date d'inscription : 26/05/2016
Age : 33
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

WN 67

Message  Hick22 le Sam 2 Juil 2016 - 11:34

Et le WN 67 ???

Voilà tout ce que j'ai:

Le WN 67 est indiqué sur une carte Allemande immédiatement à l'est du WN66. Mais aucune vraie fortifications allemande ne se trouvait semble-t-il à cet emplacement, sinon une surface abondamment terrassée, qui ressemble à un WN factice, destiné à servir de leurre. Peut-être le WN 67 est-il donc une fausse installation. Par la suite, on a pu interpréter la position des lance-fusées Nebelwehrfer comme étant le WN67. C'est possible, mais peu vraisemblable, car l'emplacement du WN67 indiqué sur les cartes allemandes ne correspond pas à celui des lance-fusées, qui n'ont d'ailleurs été mis en place qu'en mai 44.




Je pense qu'il s'agit du site sur lequel a été bâti le cimetière américain de Colleville


Dernière édition par Hick22 le Sam 2 Juil 2016 - 11:59, édité 1 fois

_________________
Tout le succès d'une opération réside dans sa préparation.
En tuer un pour en terrifier un millier.
Si nous voulons que la gloire et les succès accompagnent nos armes , nous ne devons jamais perdre de vue : la doctrine , le temps , l’espace , le commandement , la discipline .

L'Art de la guerre de Sun Tzu

War does not determine who is right .......... only who is left
avatar

Hick22
rang 10 Stabsfeldwebel
rang 10 Stabsfeldwebel

Messages : 838
Date d'inscription : 26/05/2016
Age : 33
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Le WN 65 lieu dit "le Ruquet"

Message  Hick22 le Sam 2 Juil 2016 - 11:57

Le WN 65

La zone fortifiées WN 65 était installée à l'Ouest du vallon du Ruquet, essentiellement dans sa partie basse. Elle ne devait pas être occupée par plus d'une trentaine de soldats. L'ensemble fortifié était ceinturé de barbelés. Un grand fossé antichar barrait l'accès de la vallée.

Le long du rivage, une villa non détruite ("L'Abri Côtier") était probablement pourvue d'un poste d'observation construit sur son toit. Il y avait aussi des tranchées le long du rivage, avec au moins 1 tobrouck, pour mitrailleuse probablement, et peut-être un encuvement découvert pour canon PAK de 50 mm.

Juste en arrière du fossé antichar, se trouvait une casemate bétonnée armée d'un canon antichar PAK de 50mm, orienté vers l'est.

A l'ouest de ce bunker, 1 grosse casemate bétonnée était toujours en construction, pour être armée ultérieurement d'un canon orienté vers l'ouest.

La crête de falaise était garnie de tranchées et de postes de tirs sommairement protégés.

En haut du vallon, en rive ouest, un canon antichar mobile de 50 mm (fourni par le détachement antichar de la Division, stationné non loin de Trévières) avait été mis en place le 4 juin dans le cadre du renforcement des défenses ordonnées par la 352ème division, après les messages adressés à la Résistance française et interceptés par les Allemands. Ce canon avait été installé dans un abri couvert en terre préparé à l'avance.

Il ne semble pas qu'il y avait de position de mortiers, peut-être un poste de DCA (mitrailleuse AA).

Comme les autres WN, la position était reliée aux PC allemands par un cable téléphonique enterré.


Plan du WN65



Légendes: en bleu fossé antichar rempli d'eau, en violet barbelés
1 - Bunker avec canon antichar PAK38 de 50mm
2 - Bunker en construction
3 - 5 postes de mitrailleuses
4 - Tobrouck pour mitrailleuse
5 - Villa (l'ancienne villa appelée "l'Abri Côtier") servant de poste d'observation
6 - Canon PAK 38 de 50 mm antichar, mobile

Profil de côtes de Colleville à Dog White



Profils de côtes de Ste-Honorine aux Moulins



La côte du Ruquet à Saint-Laurent, photographiée par des sous-marins Alliés vers 1943, avant les destructions et fortifications réalisées par les Allemands



En haut à droite, Le Ruquet, photo prise début 1943, avant la construction des principales défenses et du fossé antichar



Entre les Moulins et le Ruquet, le 6 juin vers midi







Le WN65 vers 13h00 le 6 juin




10 mai 44 , ci-dessus et ci-dessous, des photos renseignées pour l'étude des bancs de sable et des marées






Le vallon du Ruquet photographié le 19 mai 1944 par un P38 Lightning de reconnaissance. Les obstacles de plage seront multipliés dans les jours qui suivront.



WN65 -Réf 29 3 pillboxes on edge of bluff, taken from 6735-9020 in SE direction. limited arc of fire



Photo du 27 avril 1944, le fossé antichar est encore inachevé.






Série de 6 photos cavalières prises le 30 juin 1943, alors que les Allemands avaient commencé à détruire les villas de la plage. Vers Le Ruquet en venant de l'Ouest









Plans photographique et topographique du WN 65 renseignés avec les éléments les plus vraisemblables




Le fossé antichar

Le fossé antichar qui barrait l'entrée du vallon du Ruquet









La vallée du Ruquet en 1945



3 positions de mitrailleuses au dessus du Ruquet, réf Brandel 29



Ce canon antichar PAK38 de 50mm a probablement été installé en haut du vallon du Ruquet le 4 juin 1944 à l'occasion du renforcement des défenses par de l'artillerie antichar de la 352ème division





Vu du bunker en terre en haut de la sortie E1, sept 44 (là où se trouvait un canon PK38 de 50mm)



WN65 - Eté 1944






Le bunker bétonné du canon PAK de 50mm, face avant


La casemate du WN65, avec son canon antichar PAK 38 de 50mm KWK39 à canon long (tube de 3m avec frein de bouche)



Vers le 10 juin, la casemate est occupée par le PC des Brigades Spéciales du Génie



Le canon antichar PAK de 50mm



Toujours le canon de 50mmPAK sous casemate au WN65



Photos prisent par le marin Al Jones







Toujours le même canon de 50mm, mais sur la photo ci-dessus, il a perdu (provisoirement) son frein de bouche, mais c'est bien le même canon





Le bunker bétonné du canon PAK de 50mm, face arrière

Le central téléphonique du Génie installé derrière la casemate



L'arrière de la casemate du WN65





Vue de l'intérieur







Le bunker en construction dans le WN65, juste à l'Ouest de la casemate du canon de 50










_________________
Tout le succès d'une opération réside dans sa préparation.
En tuer un pour en terrifier un millier.
Si nous voulons que la gloire et les succès accompagnent nos armes , nous ne devons jamais perdre de vue : la doctrine , le temps , l’espace , le commandement , la discipline .

L'Art de la guerre de Sun Tzu

War does not determine who is right .......... only who is left
avatar

Hick22
rang 10 Stabsfeldwebel
rang 10 Stabsfeldwebel

Messages : 838
Date d'inscription : 26/05/2016
Age : 33
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Le WN 64, Est du vallon du Ruquet

Message  Hick22 le Lun 1 Aoû 2016 - 9:57


Le WN 64

La zones fortifiée WN 64 étaient installée à l'Est du vallon du Ruquet, sur la colline (en fait sur le territoire de la commune de Colleville sur mer).
Peu importante, elle était équipée d'un canon de campagne de 75mm, installé dans une échancrure de la colline, avec un bunker en béton en construction au voisinage, destiné à abriter ce canon. Il y avait aussi un mortier français de 81 mm et quelques positions de mitrailleuses et de tireurs individuels.
Les effectifs en place étaient probablement inférieurs à 20 hommes, peut-être seulement une quinzaine.
La position était reliée aux PC allemands par un câble téléphonique enterré.



Plan du WN64

Légendes: en bleu, fossé antichar inondé, en violet: ceinture de barbelés
1 - canon de campagnede 75mm, en position non protégée
2 - Bunker en construction, pour le canon de 75mm installé à côté
3 - Mortier français de 81mm, avec armoires à munitions bétonnées



Plan photographique renseigné



Plan des Moulins avant-guerre. En principe toutes les villas au nord du Moulin des Benoit étaient détruites par les Allemands, à l'exception de celles entourées d'un rond bleu sur ce plan.


Photos prises par les Alliés avant le débarquement




En haut à droite, Le Ruquet, photo prise début 1943, avant la construction des principales défenses et du fossé antichar





Le Ruquet 30 juin 1943



Profils de côtes de Ste-Honorine aux Moulins



Profil de côtes de Colleville sur mer à Dog White



La côte du Ruquet à Saint-Laurent sur mer, photographiée par des sous-marins Alliés vers 1943, avant les destructions et fortifications réalisées par les Allemands





Photos du 27 avril 1944, le fossé antichar est encore inachevé.



Le vallon du Ruquet photographié le 19 mai 1944 par un Lightning RF38 de reconnaissance. Les obstacles de plage seront multipliés dans les jours qui suivront.



Plans établis par les Alliés avant le débarquement, Les fortifications du Ruquet, décrites par une carte US du 19 mai 44



Un plan américain très approximatif et rempli d'erreurs



WN64 La flèche indique un mortier de 81mm français (réf Brandel N°25, coord: 6785-8964)



Le Ruquet, le 6 juin vers midi



WN64, le 6 juin vers13h00



La vallée du Ruquet en 1945



En 1945, à l'Est du Ruquet



Le Ruquet, le WN64 est sur le coteau à droite. Le fossé antichar n'est pas encore comblé

Le mortier de 81mm



mortier français de 81mm au WN64 réf Brandel 25, WN64

Ci dessous la casemate béton en construction, destinée à recevoir le canon de 75





Un grand bunker en construction dans le WN64, à l'Est de la vallée du Ruquet


Le canon de 76,2mm





Le canon de campagne de 76mm installé dans le WN64, au voisinage du bunker en construction



Canon de 76,2, IKH290(r) le modèle installé au WN64

_________________
Tout le succès d'une opération réside dans sa préparation.
En tuer un pour en terrifier un millier.
Si nous voulons que la gloire et les succès accompagnent nos armes , nous ne devons jamais perdre de vue : la doctrine , le temps , l’espace , le commandement , la discipline .

L'Art de la guerre de Sun Tzu

War does not determine who is right .......... only who is left
avatar

Hick22
rang 10 Stabsfeldwebel
rang 10 Stabsfeldwebel

Messages : 838
Date d'inscription : 26/05/2016
Age : 33
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Le WN 63, PC souterrain

Message  Hick22 le Lun 1 Aoû 2016 - 20:39

Le WN 63, PC souterrain

Ce PC servait pour les compagnie suivantes:
3/726
8/916





10 mai, WN 60-61-62



Les WN 60, 61 et 62, tels que décrits par une carte US en date du 19 mai 44



les défenses de Colleville sur mer, d'après les renseignements US au 19 mai 44



Entrée du PC allemend au WN63, après la guerre



La porte d'entrée de l'abri, dans le talus de la route conduisant à la mer

_________________
Tout le succès d'une opération réside dans sa préparation.
En tuer un pour en terrifier un millier.
Si nous voulons que la gloire et les succès accompagnent nos armes , nous ne devons jamais perdre de vue : la doctrine , le temps , l’espace , le commandement , la discipline .

L'Art de la guerre de Sun Tzu

War does not determine who is right .......... only who is left
avatar

Hick22
rang 10 Stabsfeldwebel
rang 10 Stabsfeldwebel

Messages : 838
Date d'inscription : 26/05/2016
Age : 33
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Le WN62 était l'un des quinze points d'appui d'Omaha Beach.

Message  Hick22 le Mar 2 Aoû 2016 - 21:53

Le WN62 était l'un des quinze points d'appui d'Omaha Beach. C'était semble-t-il le plus important de tous, par sa puissance de feu en artillerie, mortiers et mitrailleuses.
Il était occupé en permanence par 25 soldats de la 3ème compagnie du 726ème régiment d'infanterie de la 716ème division d'infanterie. Cette compagnie (commandée par le lieutenant Edmond Bauch) était répartie du WN 59 au WN 64, le PC de compagnie se trouvait au WN 63.

En cas d'alerte, ce qui était le cas depuis le 4 juin 1944, 1 officier et 8 hommes de la 1ère batterie du régiment d'artillerie de la 352ème division d'infanterie étaient affectés au poste d'observation d'artillerie du WN 62. Cette batterie se trouvait à Houtteville, à 4,5 kilomètres de là.

De plus, à la suite des précautions exceptionnelles supplémentaires prises par la 352ème division depuis l'envoi des messages d'action à la Résistance (qui avaient été bien interprétés par l'Abwehr), un canon antichar de 50 mm mobile, avec 4 artilleurs, avait été installé le 4 juin, fourni par la compagnie antichar de la 352ème division.

Les casemates béton et les abris de cantonnement n'ont été construits par l'organisation Todt qu'au printemps 1944 après l'inspection de Rommel (le 29 janvier 1944).



Plan du WN 62 - Les tranchées sont en vert les ruisseaux et fossés antichars en bleu, les chemins en marron

Légendes:
1 - 2 bunkers en béton, venant d'être achevés, ils abritaient 2 canons de 75mm, dont peut-être un PAK40 antichar, l'autre étant un canon de campagne classique. Effectifs: 8 hommes en tout.
2 - 2 canons de 50mm antichar, PAK38. Effectifs en place: 4+2 hommes
3 - Poste d'observation de l'artillerie (1ère batterie du Régiment 352, à Houtteville, Lt Frerking). Effectifs: 3 hommes
4 - Poste de transmission téléphonique des artilleurs. Effectifs : 5 hommes
5 - Poste de transmission optique avec le PC de la compagnie 3/726 au WN63, et avec le WN61. Effectifs: 2 hommes
6 - 2 "Tobrouck" avec mortiers de 50mm. Effectifs: 1 homme par Tobrouck
7 - 2 "Tobrouck" pour mitrailleuses MG. Effectifs: 3 hommes en tout
8 - 4 positions pour mitrailleuses de type divers, dont 2 MG42. Effectifs: 4 hommes en tout
9 - 3 abris sous béton, pour personnel et munitions
10 - Villa utilisée comme poste de garde, cuisine, etc. Effectifs: 6 hommes
11 - 5 entrées du WN à travers les clôtures en barbelés (figurées en violet)
12 - Voie ferrée étroite, servant pour approvisionner en agrégats le chantier Todt en cours au WN 61
13 - Position pour mitrailleuse de DCA, non occupée.


Profils cavaliers des côtes pris depuis un sous marin de poche britannique



Profil cavalier de Colleville à Dog White



Profils de côtes de Ste-Honorine aux Moulins



Les profils de côte photographiés par les alliés avant le débarquement, depuis des sous-marins. Ci-dessus, la côte de St-Siméon à Cabourg (commune de Ste-Honorine-des-Pertes)



La côte de Colleville au Ruquet



La côte de Cabourg à Colleville



Profils de Easy Red à Port en Bessin



Profil secteurs Fox Green (E3, Colleville)



WN 62 - Réf Brandel, N°27 A/T Gun 50mm, 6887-8942. A gauche le WN61 (N°28)



41,42 & 43 - "Standard type casemate, front, interior and under construction 68748947", probablement pour protéger le canon N°2 sur le plan du WN



Photo aérienne du 27 avril 1944, le WN62 est à droite sur la photo



En haut à droite, le fossé antichar qui barre la vallée E3 de Colleville, laissant à gauche le WN62 et à droite le WN 61



Avril 43



10 mai, WN 60-61-62



Le vallon E3 photographié le 19 mai 1944 par un Lightning RF38 de reconnaissance. Les obstacles de plage seront sérieusement renforcées dans les jours qui ont précédé le 6juin





Vues aérienne des 3 Points fortifiés, les WN 62, 61, 60 (de l'Ouest à l'Est) (avant juin 44). Ci-dessous le WN62 au centre et le WN61 à droite







WN62 le 22 mai 1944



WN62, 7h30 le 6 juin 44



WN61 et 62, 12h le 6 juin 44



WN62 vers 13h00 le 6 juin



Une vue d'ensemble (vers 2011) du WN62, vu de la plage à marée basse. assemblage réalisé par Léon Carpentier


Voici le texte descriptif de Fox Green:

"Fox Green 1135 yards - The right flank of Fox Green Beach is 300 yards to the right of the valley which carries exit E3. This is 60 yards to the right of the point where Exit E3 cuts the beach. Exit E3 (which is a continuation of the shore road) bears inland just to the right of a stream which flow down the valley and follows the stream bank winding 300 yards to the left. It circles a lone white house at the base of the bluff and leads to the valley of Colleville. The left bank of the beach is at the point where the cliff rises from shore level and just to the left of where Exit F1 leaves the beach. This is the left limit of the Omaha Beach Area. The 200-foot bluff behind the beach is rough, wooded and broken. It leads inland on the right to form the left side of the valley of Exit E3. Ther is one other house visible behind Fox Green beach, which stands at the foot of the bluff slightly to the left of the beach center. The white ruins of houses should be conspicuous between this house and Exit F1. The church spire in COLLEVILLE may be visible above the bluff. The beach is backed by a grassy bank 4-6 feet high for its entire length."


Les plans des Alliés, établis avant le débarquement, ils sont très inexacts





les défenses de Colleville, d'après les renseignements Us au 19 mai 44



Les WN 60, 61 et 62, tels que décrits par une carte US en date du 19 mai 44






Un PAK 38 de 50 mm mobile, au WN62 , sur une plateforme



Entrée d'un abri, (photo P. Elie)



Soldats près d'une mitrailleuse MG 08 au WN62



Gockel au milieu de ses camarades



Le soldat Gockel qui était au WN62 et a raconté en détails ses souvenirs  



Un canon de campagne de 75 mm, photographié en 1943.

C'est ainsi que Rommel découvre les deux canons tchèques de 75mm du WN 62 lors de sa visite du 29 Janvier 1944: sur une embase en béton, ils ne sont protégés que par un filet de camouflage porté par des poteaux de bois. Autour de ce canon, de gauche à droite, se tiennent 3 soldats du WN 62: Alois RECKERS, Bruno PLOTA, Hans SELBACH.



Un sentier déminé à travers le WN62 de Colleville



Un des canons de 75 Skoda, détruit le 6 juin, au WN62, dans la casemate haute



Entrée avant bunker supérieur (photo P. Elie)



Face avant bunker supérieur



La casemate  haute du WN62 qui était équipée d'un canon tchéque de 76mm, détruit vers 10h00 par un des 5 chars amphibies US arrivés à Colleville
La casemate haute pour pièce de 76mm. On aperçoit en contrebas la casemate basse identique



Une casemate non identifiée



Le canon KWK de 50mm au WN62 (N°22 sur le plan)



Vue du WN62 depuis la plage



Une carte postale montrant l'emplacement du WN62 le bâtiment de gauche est celui du PC et de la cuisine.



Carte postale de F. Gockel à ses parents, renseignée après la guerre sur les défenses du WN62



Casemate basse pour canon PAK40



Intérieur de la casemate basse du canon de 75 PAK 40





Paysage de plage



bunker inférieur(photo P. Elie)



Entrée arrière bunker inférieur (photo P. Elie)



Travail sur le WN62, devant un des canons de 75mm



Le canon de 75 (PAK40) dans la casemate basse





Soldats au repos au WN62






_________________
Tout le succès d'une opération réside dans sa préparation.
En tuer un pour en terrifier un millier.
Si nous voulons que la gloire et les succès accompagnent nos armes , nous ne devons jamais perdre de vue : la doctrine , le temps , l’espace , le commandement , la discipline .

L'Art de la guerre de Sun Tzu

War does not determine who is right .......... only who is left
avatar

Hick22
rang 10 Stabsfeldwebel
rang 10 Stabsfeldwebel

Messages : 838
Date d'inscription : 26/05/2016
Age : 33
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Le WN 61, sur la plage de Colleville-sur-mer

Message  Hick22 le Mer 3 Aoû 2016 - 22:16

Le WN 61, sur la plage de Colleville (en dessous du VVF actuel)

Le WN 61 était un petit point fortifié, mais équipé de l'un des 2 seuls canons de 88 de la plage. Situé au pied des falaises, il faisait pendant au WN72, qui, à Vierville à l'autre extrémité de la plage, possédait un autre canon antichar de 88mm.

Ces 2 PAK de 88mm étaient protégés de l'artillerie de marine et ils étaient orientés pour prendre la plage de flanc. Ces canons, conçus pour détruire les chars, ont fini par se faire détruire par eux, semble-t-il assez rapidement, même pour celui du WN61 qui n'avait devant lui que quelques chars américains proches.

Il y avait aussi sur ce WN un canon de 50mm, une tourelle de char et des postes de mitrailleuses. Il ne devait pas être armé par plus de 15 à 20 soldats.



Plan du WN 61


Légendes - en vert: clôture de barbelés, en bleu: fossé antichar inondé,
1 - Bunker en béton avec canon antichar PAK43 de 88mm
2 - Plateforme béton avec canon antichar PAK38 de 50mm
3 - Tobrouck avec tourelle de char Renault R35 et canon de 37mm
4 - 2 "Tobrouck" ou postes de tir pour mitrailleuses
5 - Passage à travers le fossé antichar, permettant l'accès à la plage


Les photos d'époque du WN61




Le Tobrouck pour tourelle de char R35, on aperçoit derrière le bunker pour canon de 88, vu par l'arrière



Le canon antichar de 50mm en cuve du WN 61 (il serait toujours en place, recouvert de terre par le propriétaire du terrain)



Le canon de 50mm, en arrière plan le bunker du canon de 88mm





La casemate du WN61 qui était armée d'un canon antichar Allemand PAK43 de 88mm



vue arrière de la casemate du WN61, avec le canon de 88, glissé hors de son emplacement



Le PAK 43 du WN61, extrait de sa casemate



Le 88 PAK43 du WN61, sorti de son bunker, devant l'épave du LCI416







3 photos d'un abri du WN61, transformé après la guerre








_________________
Tout le succès d'une opération réside dans sa préparation.
En tuer un pour en terrifier un millier.
Si nous voulons que la gloire et les succès accompagnent nos armes , nous ne devons jamais perdre de vue : la doctrine , le temps , l’espace , le commandement , la discipline .

L'Art de la guerre de Sun Tzu

War does not determine who is right .......... only who is left
avatar

Hick22
rang 10 Stabsfeldwebel
rang 10 Stabsfeldwebel

Messages : 838
Date d'inscription : 26/05/2016
Age : 33
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Le WN 60, sur la falaise de Colleville, au nord du hameau de Cabourg

Message  Hick22 le Jeu 4 Aoû 2016 - 22:08


Le WN 60 était un point fortifié important, situé à l'extrémité est de la plage Omaha Beach. Il comportait un canon de campagne de 75mm, 4 mortiers, une tourelle de char, plusieurs positions de mitrailleuses et de nombreux abris.
Un bunker pour le canon de 75cmm était en construction.
Il y avait de plus un poste d'observation de l'artillerie, en liaison téléphonique avec une des batteries de l'artillerie divisionnaire, située en arrière de la côte.

On peut estimer que le WN 60 avait un effectif d'environ 40 hommes.



Plan du WN60

Légendes: en verts les tranchées, en violet les barbelés
1 - Canon de campagne de 75mm type 235(b), en position non protégée
2 - Poste d'observation de l'artillerie
3 - 3 Tobroucks pour mortiers
4 - Mitrailleuse de DCA
5 - Tourelle de char Renault R35 avec canon de 37mm
6 - 3 positions de mitrailleuses
7 - 1 mortier avec abri
8 - Abris et entrées d'un souterrain



Canon de 75mm type 235(b) Skoda, N°20 réf Brandel, coord: 6984-8906



Canon de 75mm Skoda réf Brandel N°19



tranchée au WN60



tourelle de char Renault au WN60 (photo du 336thECB)



peut-être la tourelle de char du WN60, avec l'entrée d'un abri par derrière



Tobrouk pour mortier au WN60 Il y aurait aussi un tobrouk pour mitrailleuse Flak?



Vue depuis le WN60 vers l'Ouest



Le poste d'observation au WN 60

_________________
Tout le succès d'une opération réside dans sa préparation.
En tuer un pour en terrifier un millier.
Si nous voulons que la gloire et les succès accompagnent nos armes , nous ne devons jamais perdre de vue : la doctrine , le temps , l’espace , le commandement , la discipline .

L'Art de la guerre de Sun Tzu

War does not determine who is right .......... only who is left
avatar

Hick22
rang 10 Stabsfeldwebel
rang 10 Stabsfeldwebel

Messages : 838
Date d'inscription : 26/05/2016
Age : 33
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum